Gaoual : Le centre de santé de Wendou-Bourg en manque de tout

La sous-préfecture de Wendou-Bourg dans la préfecture de Gaoual ne dispose qu’un seul centre de santé. Cette unique infrastructure souffre malheureusement d’un déficit de personnel, d’équipements, d’eau et d’électricité. Pire ! Le centre est en carence de médicaments.

Le centre de santé de Wendou M’bour dans la préfecture de Gaoual est la seule structure sanitaire majeure dont dispose cette sous-préfecture pour une population estimée à plus de 30 mille habitants. Il est composé d’une salle de consultation primaire curative, le programme élargi de vaccination PEV, la nutrition et la consultation prénatale CPN. Malheureusement le centre est moins équipé et pas alimenté en eau et en électricité « On est cinq titulaires mais la plupart ce sont des femmes au foyer, elles ne sont pas du tout tranquilles. On a des motos aussi mais qui sont malheureusement en panne. Nous avons un problème de courant, on a changé l’onduleur à plusieurs reprises mais chaque fois ça pète. Nous n’avons vraiment pas une source d’énergie digne de nom sauf le panneau solaire, et ça aussi c’est juste pour l’éclairage alors que nous avons des imprimantes ici. En plus il y a un manque d’eau », expose Faya Millimono chef de centre.

Au-delà de toutes ces difficultés énumérées par cet infirmier d’Etat, le centre traverse aussi une crise de médicaments depuis un bon moment. Mais le médecin continue à se nourrir d’espoir « Nous sommes en rupture de médicaments, on avait fait la commande mais il n’y avait pas de médicaments avec ce contexte de COVID-19. Toutefois on vient de me dire que les médicaments sont venus et bientôt ils vont nous appeler », espère-t-il.

Malgré toutes ces insuffisances listées ci-haut, les citoyens sont obligés de fréquenter cette structure sanitaire de la localité parfois en parcourant de longues distances. C’est le cas de Mariam Djouldé rencontrée dans ce centre « Nous souffrons énormément pour la route, si on a un malade on ne peut pas venir à temps. On n’a pas les moyens pour déplacer les taxis motos. C’est extrêmement compliqué ! Et c’est difficile de marcher, c’est très distant. Aujourd’hui on ne compte que sur Dieu pour nous aider » s’alarme cette jeune mère.

A en croire le médecin de ce centre, la pneumonie est l’une des maladies les plus enregistrées dans le centre de santé de Wendou M’bour.

Hassatou Lamarana Bah

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :