G-5 Sahel /ou l’appel du père tout puissant (Par Ali Camara)

Les juristes rappellent toujours après un exposé sur les garanties du Crédit, que «  la prudence est la meilleure des sûretés. » Une manière de rappeler le bon sens, au-delà de l’existence des lois. Chez moi, dans notre langue, on dit qu’il faut être prudent dans tout ce qu’on fait dans la vie, particulièrement devant trois situations (3) :

1 – Une grande chose qui a beaucoup de dépositaires (propriétaires) ;

2 – Une grande chose dont personne ne réclame la paternité ;

3 – Une femme qui a tous les pouvoirs.

A bien réfléchir, chacune de ces situations peut avoir de sérieux revers. Même si pour la troisième, je suis tenté de dire que le monde se porterait probablement mieux les femmes au pouvoir, en considérant que ce sont bien les hommes qui ont échoués depuis là.

Sur le sujet que je veux amener, il s’agira du premier point : UNE GRANDE CHOSE QUI A BEAUCOUP DE DÉPOSITAIRES /PROPRIÉTAIRES.

C’est l’image parfaite du tohu-bohu que représente la lutte contre le terrorisme au Sahel. Pour rappel donc, Le G5 Sahel ou « G5S » est un cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale en matière de politiques de développement et de sécurité, créé lors d’un sommet du 15 au 17 février 2014 par cinq États du Sahel : Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad. Mais curieusement c’est la France qui veut «  faire le père Noël » pour se « proposer » à accompagner les efforts non seulement dans la lutte contre le terrorisme mais aussi de participer au développement des pays du Sahel, ainsi c’est elle qui chapeaute toutes les opérations. Elle y a mis son paternalisme comme d’habitude et de nombreuses voix se sont levées pour dénoncer cet état de fait.

Ce qui est extraordinaire aujourd’hui, c’est qu’on a trois armées dans la zone, la force « Barkhane », l’ONU et le G5 Sahel (qui renferme la présence des cinq armées nationales des pays membres). On ne sait plus où on va, ni qui commande qui ni qui fait quoi réellement. Mais curieusement les choses ne s’arrangent pas pour autant. On se rappelle encore des révélations de la société civile malienne notamment sur certaines pratiques de ces quelques militaires zélés qui ont longtemps été dénoncés, sans suite évidente. La réponse militaire dans ces conditions de dépendance de nos États est-elle réellement la solution à pérenniser ? La guerre sans fin est-elle une option ? Ce dernier sommet prévoit l’objectif  2000 hommes sur l’opération Takuba, cette nouvelle coalition européenne qui, comme toutes les autres, n’a rien à faire en Afrique si l’Union Africaine se réveillait de son coma insupportable. Précisément en parlant de cette Union Africaine, où est donc passé le parlement africain pour traduire les volontés réelles de l’Afrique des peuples ? La triste vérité, près de 60 ans après, le constat fait que cette vision d’une Afrique unie et forte, prospère, anticolonialiste et anti-impérialiste peine à se concrétiser. On a orienté les problèmes ailleurs, alors qu’ils sont bien là, devant tous et ils résument à cela, la trahison de nos élites ! On se fou éperdument du mandat de représentation de nos peuples pour se prêter à un jeu dont on n’a rien à gagner, sinon que la misère, la famine, les guerres fratricides, la déstabilisation et la spoliation des richesses de nos Etats. Rien qui soit profitable aux africains.

Et à quand le réveil de l’Union Africaine ? C’est dur de croire que notre plus grande fierté d’antan est en train de devenir notre plus grande déception – L’Union Africaine est tristement à l’image de ces clubs d’amis qui se créent partout aujourd’hui, où chacun vient exhiber ses plus belles tenues, pour l’événementiel et les photos de famille.

A l’inefficacité des institutions régionales et sous-régionales déjà existantes, on répond par la création de structures encore moins efficaces. Ça ne peut pas marcher ! Le problème est structurel. Il faut tout d’abord créer les conditions d’existence réelle de nos États à l’interne et œuvrer dans une dynamique africaine pour s’occuper de nos problèmes.

Il faut réveiller l’Union Africaine.

Ali Camara

Avis Facebook pour l’UE! Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!
In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :