FESPACO 2019 : L’ONACIG dément toute histoire d’endettement pour la participation de la Guinée

Au cours d’un point de presse animé ce lundi, la directrice générale de l’Office Nationale du Cinéma, Mme Mariama Camara, a démenti les propos qu’elle qualifie de ‘’mensongers’’ de M. Kader Yomba Condé, relatif à la participation de la Guinée au FESPACO 2019.

Pour Mme Mariama Camara, vu la grossièreté des ‘’mensonges’’ et des insinuations qui peuvent découler des propos M. Kader Yomba Condé qui a déclaré sur une radio de la place s’être endetté d’une somme de 132 millions de francs guinéens pour financer la délégation guinéenne à l’occasion de sa participation à la dernière édition du FESPACO. L’ONACIG s’inscrit en faux, dénonce et condamne l’attitude maladroite et malhonnête de M. Kader Yomba Condé.

« La présente déclaration vise à informer et éclairer l’opinion sur ces allégations qui sont une fois de plus truffées de mensonges. L’ONACIG a été choqué par les propos mensongers de Kader Yomba Condé relatifs à la participation de la Guinée au FESPACO 2019 sur une radio de la place », a déclaré dame Mariama Camara.

Elle s’explique en disant ceci : « La délégation officielle de la Guinée à la dernière édition du FESPACO était composée, sous l’égide du ministère de tutelle, de Sékou Oumar Barry, (Cinéaste et auteur de “Et vint la liberté ”), Moussa Kemoko Diakité, réalisateur de “Naitou l’orpheline” et Mariama Camara, directrice générale de l’ONACIG et secrétaire régionale de la Fédération Panafricaine des Cinéastes FESPACI). Les deux premiers ont récompensé pour service rendu au cinéma africain et la directrice générale de l’ONACIG pour ses activités dans la sous région au sein de la FESPACI. Les trois films guinéens sélectionnés au FESPACO 2019 concernent un court métrage de fiction réalisée par un jeune guinéen avec une production sénégalaise à Dakar à Dakar et deux (2) films d’écoles produits par l’ISAG de Dubréka. Le FESPACO prend en charge les réalisateurs dont les films sont sélectionnés. C’est donc faux et malhonnête de la part de M. Kader Yomba Condé d’affirmer qu’il s’est endetté pour envoyer une équipe composée de ces jeunes cinéastes puisque ces derniers déjà pris en charge. La participation au FESPACO tout comme les financements de l’Etat sont soumis à un règlement que tous les cinéastes professionnels et sérieux connaissent ».

Poursuivant, elle précise : « Les services de l’ONACIG ne sont pas concernés par le soi-disant endettement de M. Kader. D’ailleurs, sa démarche s’apparente au regard de nos services à une tentative d’escroquerie. Les propos de M. Kader Yomba Condé et sa démarche maladroite sont le fait de son ignorance notoire des règlements du FESPACO et des prérogatives de l’’ONACIG et rappelons à cet effet que : L’ONACIG n’a pas vocation à financer des personnes qui vont se promener au Fespaco puisque le sieur Kader Yomba Condé n’est ni un producteur, ni réalisateur, ni technicien, ni acteur des films sélectionnés. Pourquoi donc s’endetter pour envoyer les deux réalisateurs déjà pris en charge ? » S’interroge la directrice de l’ONACIG.

Pour le reste des allégations, Mariam Camara condamne et rejette l’ensemble des propos de M. Kader Yomba Condé qui, selon elle, n’honore pas la profession de cinéaste. Car pour elle, un artiste menteur et manipulateur est un danger pour la création.

Mohamed Barry, 224 624 39 57 84

In the news
Load More