Examens nationaux : Le SLECG local à Nzérékoré déplore la non-implication des syndicats par le MENA

A N’Zérékoré, le secrétaire général du SLECG local porte un regard sur le déroulement des examens nationaux session 2021. Amara Kadiatou Camara  a tout d’abord dénoncé les cas de fraudes qui ont été signalé lors des séances du baccalauréat.

 « Le bac session 2021 a été émaillé des fraudes. On n’a pas souhaité cela dans le pays, plus particulièrement en région forestière. On sait que certains surveillants n’ont pas été à la hauteur lors du déroulement du bac dans la région forestière, parce qu’à l’intérieur des centres il y’a eu des téléphones qui ont été pris dans les mains des candidats, il y’a eu des surveillants renvoyés et des téléphones détruits. Donc nous encourageons les autorités de continuer dans ce sens. Cette méthode est très bonne parce que si nous continuons, dans quelques années il y’aura une prise de conscience chez la population. Le ministre a mis une bonne stratégie en place, nous devons tous conjuguer le même verbe et regarder la nation », indique ce syndicaliste de l’éducation.

Plus loin, il déplore la non-implication des syndicats dans l’organisation de ces examens, par le Ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation.

« Il (ministre du MENA ndlr) a fait une grosse faute. Il ne devait pas écarter les partenaires sociaux tels que les syndicats et d’autres structures dans l’organisation de ces examens. Nous connaissons très bien ces enseignants, on connaît qui est qui, qui peut quoi. Et on peut sensibiliser nos camarades pour mieux faire le travail. Mais nous avons compris qu’il est tombé dans un système qui est plus fort que lui. Donc je pense que les jours à venir il va chercher à changer la stratégie et nous allons se donner la main afin que le système éducatif guinéen avance, parce qu’avant tout il faut mettre la patrie devant », fustige-t-il.

Pour avoir des examens nationaux exempts de toute critique,  Amara Kadiatou Camara propose :

« Il faudrait que le ministre accepte d’impliquer les syndicats pour que nous travaillions ensemble, sans nous il n’est rien. Il faut une enquête de moralité pour le choix des surveillants. Aujourd’hui les élèves n’apprennent pas, même les bons. Ils ne peuvent pas voir leurs amis faire la corruption et ils restent indifférents. Donc le système éducatif est devenu très grave ».

Dans le même sens, ce syndicaliste appelle également les autorités, enseignants, apprenants et parents d’élèves à une prise de conscience pour qu’à l’avenir les choses changent dans le système éducatif guinéen.

De N’Zérékoré Yoma Neyo Tinguiano Kalenews.org

Avis Facebook pour l’UE! Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!
In the news
Load More
%d bloggers like this: