États-Unis: l’ancien vice-président Joe Biden candidat à l’investiture démocrate

L’ancien vice-président Joe Biden, 76 ans, a annoncé sa candidature pour la course présidentielle de 2020 sur Twitter. Il a longtemps hésité se porter candidat, mais est tout de même en tête des sondages. A la différence de la plupart de ses concurrents démocrates, il défend une politique plus centriste.

Peu de gens connaissent les arcanes du pouvoir à Washington aussi bien que lui. Six mandats de sénateur et deux en tant que vice-président de Barack Obama, cela fait 44 ans, la moitié d’une vie, passée entre le Capitole et la Maison Blanche. Né à Scranton, en Pennsylvanie, dans une famille de la classe moyenne, Joe Biden n’a que 29 ans lorsqu’il entre au Sénat en 1972. Il est alors représentant de l’Etat de Delaware.

Il a officialisé ce jeudi sa candidature dans un tweet évoquant sans la nommer la présidence Trump :  « Les valeurs fondamentales de cette nation, notre rang dans le monde, notre démocratie même, tout ce qui a fait l’Amérique, est en jeu. C’est la raison pour laquelle j’annonce ma candidature à la présidence des Etats-Unis ».

Un candidat populaire même au-delà de l’électorat démocrate

Très vite, Joe Biden se fait connaître comme un parlementaire travailleur, assidu qui a le contact facile et qui aime parler, trop d’ailleurs selon certains. D’où aussi une autre réputation gagnée sur les bancs du Sénat et plus tard sur le parquet diplomatique : celle d’un gaffeur peut-être volontaire.

Joe Biden bénéficie d’un capital de sympathie comme peu d’hommes politiques à Washington, qui va bien au-delà des lignes partisanes. Et toute l’Amérique est touchée lorsqu’elle apprend en 2015 le décès de son fils Beau, d’un cancer du cerveau.

Cette tragédie personnelle, la deuxième de sa vie, car il a perdu sa première femme et sa fille dans un accident de voiture, a des conséquences politiques : Joe Biden refuse à l’époque de se lancer dans la course présidentielle, au grand regret de ses sympathisants qui sont à présent très heureux qu’il ait revu sa position.

Avec RFI

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :