États-Unis: Donald Trump va déclarer l’état d’urgence nationale pour construire son mur

Une nouvelle paralysie partielle de l’administration fédérale va être évitée aux Etats-Unis. La Chambre des représentants a voté la loi de financement, déjà approuvée par le Sénat. La Maison Blanche signera la loi budgétaire même si le texte ne réclame pas les 5,7 milliards de dollars que le président exige pour construire son mur. Pour obtenir les fonds qu’il réclame, le président va déclarer l’état d’urgence à la frontière. Une mesure qui lui permettra de contourner le Congrès.

La loi de financement a été approuvée, jeudi 14 février, à une large majorité au Sénat, contrôlé par les républicains, puis à la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, après d’âpres débats, par 300 élus (128 ont voté contre).

« Le président va signer la loi (de financement) mais il va en même temps faire une déclaration de l’état d’urgence et je lui ai indiqué que j’allais soutenir cette mesure d’urgence ». Avec cette déclaration, le sénateur Mitch McConnell avale son chapeau : comme de nombreux élus républicains, il s’était auparavant déclaré hostile à une déclaration de l’état d’urgence à la frontière, rapporte notre correspondante à Washington, Anne Corpet.

Pour la cheffe de la majorité démocrate à la Chambre, Nancy Pelosi, c’est tout simplement un abus de pouvoir de la part du président Trump : « Premièrement, il n’y a pas d’état d’urgence à la frontière, il y a un défi humanitaire auquel nous faisons face. Mais à part cela, le président tente de contourner le Congrès. Nous allons étudier les options et nous préparer à riposter de manière appropriée ».

Et Nancy Pelosi d’ajouter, en ce jour anniversaire de la tuerie de Parkland qui avait fait 17 morts en Floride en février 2018 : «  A propos d’urgence nationale, c’est aujourd’hui l’anniversaire d’une manifestation de l’épidémie de violence armée aux Etats-Unis. Ça, c’est une urgence nationale. Pourquoi ne déclarez-vous pas l’état d’urgence à ce sujet, Monsieur le président ? »

La déclaration de l’état d’urgence à la frontière risque fort d’entraîner une contestation devant les tribunaux. Le nombre de migrants qui tentent de franchir illégalement la frontière est, en effet, beaucoup moins élevé qu’il y a vingt ans.

Avec RFI

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :