Entretien : sa saison, son avenir, le Syli, Didier Six… Guy Michel Landel à cœur ouvert

En séjour à Conakry depuis quelques jours, Guy Michel Landel a accordé un entretien exclusif à notre rédaction ce lundi 11 mai. Dans cette entrevue, l’international guinéen évoluant aujourd’hui en Deuxième division Turque, nous ouvre son cœur.

Du Syli national, à son club en passant par ses objectifs, le milieu de terrain répond à bâtons rompues.

Son séjour en Guinée

« Je suis venu pour me ressourcer et rester un peu près de ma famille. Il est vrai que le championnat n’est pas encore clos, mais je suis là parce que le pays (Turquie) devait être confiné. En plus, il ne nous reste que quelques matchs et on a rien a joué. Donc comme je ressentais des douleurs, le Club même m’a proposé de rentrer si je le souhaitais

Sa Saison

« C’est un début prometteur puisque j’ai joué la quasi-totalité de nos matchs en tant que titulaire. C’est une saison parfaite pour moi, parce que j’arrive à enchaîner des matchs sans me blesser. Maintenant on a raté de près notre objectif pour la montée en Super Lig (première division).»

Son avenir en club

« J’ai signé à Bandirmaspor cette saison car c’est un club ambitieux avec pleins de projets. C’est la deuxième division, certes, mais moi je me sent bien dans ce championnat. Mais cela ne veut pas dire que je ne veux pas jouer en première division. Vous savez qu’il ya trop de paramètres dans le football et moi je remercie Dieu parce que je m’épanouie avec mon club. Je suis un compétiteur et je peux jouer partout. Je me sent bien en Turquie. C’est comme si j’étais chez moi. Si j’ai des opportunités plus que la Turquie, peut-être que je vais partir. Le foot va vite et tout peut changer du jour au lendemain. On est jamais sûr de notre avenir. Pour le moment, je ne peux rien vous dire.»

Le Syli

« C’est toujours un plaisir de défendre les couleurs nationales. C’est vrai que je joue à un poste où il ya trop de concurrences et c’est au coach de faire ses choix. Même si tu es bon avec une belle saison, il (le coach) est obligé de faire son choix et de sacrifier d’autres. Après, ça ne m’empêche pas de m’épanouir et de prendre plaisir avec mon club. J’ai beaucoup donné pour qu’on mappelle en selection et je vais continuer à le faire. Si on m’appelle, je serai là pour défendre mon pays comme tous les guinéens. On m’a toujours dit qu’il faut jouer pour être appelé en sélection et moi c’est ce que je suis entrain de faire. Tu ne peux pas être en manque de temps de jeu et espérer une sélection. Si on ne me convoque pas, ce n’est pas la fin du monde aussi.»

Sa relation avec Didier Six

« Honnêtement je ne suis pas en contact avec Didier Six. On a discuté une fois à Paris lors d’une rencontre amicale du Syli. J’étais convoqué pour le match, mais malheureusement il y a eu un petit souci. Malgré tout, je me suis déplacé pour aller le rencontrer parce que c’est le nouveau sélectionneur. On s’est vu avec Kaba Diawara et on a échangé et c’est la seule fois où je l’ai vu. Après, moi je ne considère pas ça. Mon objectif, c’est de jouer et si on m’appelle, je reviendrai

 Entretien réalisé par Yagouba Diallo

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :