Education : Le SLECG apprécie le déroulement des opérations de recensement des enseignants du supérieur

Cinq mois après la signature de l’accord de sortie de crise dans le secteur éducatif, nous nous intéressons à l’évolution du processus de recensement des enseignants   du supérieur qui, dans le temps,  constituait un blocus dans l’application de l’accord tripartite du 10 janvier dernier. Pour Mohamed Bangoura, le responsable de communication du SLECG, les opérations se poursuivent et avancent bien.

 « Le processus de recensement continue son cours normal. Tout se passe très bien pour le moment. Je puis vous rassurer qu’à l’université de Kindia tous les enseignants se sont fait enrouler, à l’université de Faranah, Dabola même chose. Partout où il y’a des institutions d’enseignement supérieur tous les enseignants ont accepté de se faire enrouler, à l’exception de l’université Julius NYéré de Kankan. Vous savez que c’est le fief même de ce syndicat fantôme qui a été monté de toute pièce par le collectif des recteurs. Mais  là-bas (Kankan) aussi, il faut tirer le chapeau pour certains enseignants au nombre de 80 sur les 200 qui ont accepté de se faire recenser », a annoncé Mohamed Bangoura, le chargé de communication du SLECG, dans l’émission Face à l’info de la radio Nostalgie-Guinée.

Si tout se passe comme prévu, le chargé de communication du SLECG annonce la fin des opérations de recensement  du personnel  enseignant de la  fonction publique    à la fin du mois de mai.

« La première équipe de la Haute-Guinée vient de rentrer depuis le 10 mai à Conakry. Donc probablement l’équipe de la Basse Côte va rentrer aujourd’hui à Conakry si tout se passe bien comme prévu. D’ici la fin du mois de mai ce processus de recensement du fichier des fonctionnaires  de l’éducation va prendre fin, si tout se passe comme prévu puisque l’homme n’est pas parfait », a déclaré Mohamed Bangoura.

Kalil Camara

In the news
Load More