D’un poste électif à un poste nominatif, la nouvelle ministre de la citoyenneté explique les raisons

Jusque-là première vice-présidente à l’assemblée nationale guinéenne, Dr Zalikatou Diallo occupera désormais le poste du ministre de la Citoyenneté et de l’Unité nationale. D’un poste électif à un poste nominatif, de sa mission à servir sa nation afin d’instaurer la paix et la quiétude sociale, Dr Zalikatou Diallo a bien voulu répondre à nos questions dans cette interview accordée à notre rédaction. Bonne lecture.

Vous venez d’être nommée par le Président de la république en tant que ministre de la citoyenneté et de l’unité nationale, comment accueillez-vous cette nouvelle ?

Dr Zalikatou : C’est une immense joie que j’ai appris ma nomination à ce poste très stratégique au niveau de la nation guinéenne et j’en profite pour remercier le chef de l’Etat le Pr Alpha Condé pour avoir pensé à ma modeste personne pour occuper ce poste très stratégique, délicat mais très exaltant. J’ai un sentiment de réel satisfaction dans la mesure où le Président de la république continue à promouvoir les femmes, c’est sa vision, il y croit. Cette fois ci il a eu confiance à nous les femmes, pour pouvoir agir afin de prôner l’unité nationale et aussi d’inculquer des valeurs de citoyenneté à tous nos compatriotes.

Ces dernières années, la Guinée traverse une crise sociopolitique, quelle sera votre partition pour qu’il y ait l’unité nationale dans le pays ?

Effectivement après ma nomination, je vais tout mettre en œuvre pour mériter cette confiance du Président de la république et surtout agir conformément à la lettre de mission du département. Nous allons tout mettre en œuvre pour que la mission décernée au département et aussi la feuille de route s’il y en a une, nous allons tout faire pour rendre la mise œuvre effective avec les services techniques du département, les collaborateurs, nous allons former une équipe pour faire bouger les lignes. Il faut à tout prix qu’on fasse de la Guinée un pays havre de paix, il faut l’unité nationale, il faut qu’on se batte pour le respect des lois. Une large sensibilisation de la population à travers des projets que nous allons mettre en place consignés dans un plan d’actions pour ne pas naviguer à vue. Il faut rappeler qu’il y a aussi des acquis dans ce département, nous allons les consolider et nous projeter dans l’avenir avec de nouvelles stratégies de pouvoir innover et rendre le département rayonnant parce que c’est un département très important car nous recherchons une paix durable, protéger les libertés individuelles et collectives, promouvoir les droits humains, vulgariser les textes et lois pour que les citoyens comprennent comment ça marche, cela va minimiser peut être le pourcentage des citoyens en conflit avec la loi.

D’un poste électif à un poste nominatif, croyez-vous atteindre votre mission ?

Dans la vie d’une nation, lorsqu’un citoyen est sollicité par le premier magistrat du pays pour accomplir une mission, je pense qu’il serait préférable de répondre à l’appel pour une tâche donnée à un moment donné de la vie de la nation. Il estime qu’il a besoin de moi en ce moment pour accomplir cette mission et j’aime servir mon pays, je mets la Guinée au-dessus de tout. Je viens d’un poste électif c’est vrai mais j’estime quand même que j’ai eu beaucoup d’expériences parce que sept ans passés à l’assemblée nationale. En Guinée, j’ai eu une expérience parlementaire au niveau d’un parlement supranational parce que j’étais députée du parlement panafricain pendant aussi sept ans. Alors si le chef de l’Etat le Pr Alpha Condé a besoin de moi dans l’exécutif pour venir servir, j’estime qu’il est tout à fait normal que j’accède à sa demande surtout à un poste exaltant qui est celui de l’unité nationale et de la citoyenneté et nous avons fort à faire à ce niveau. La Guinée est pays ni paix ni guerre, il y a les mêmes effets néfastes que les pays en guerre, le risque d’implosion sociale est quasi constant, alors nous aimerions vraiment par la grâce de Dieu essayer de dissiper toutes ces grisailles pour que le vivre ensemble prenne une allure irréversible dans notre pays.

Enfin quel sera l’apport des femmes dans votre plan d’action ?

Les femmes justement ont des valeurs, elles ont le sens de la concertation, du compromis. Quand une bonne masse critique de notre population a ces valeurs, cela va s’en dire que le pays pourrait finalement renouer avec une paix durable, donc nous comptons sur les femmes. Le Président de la république compte sur nous, il a dédié son mandat aux femmes et aux jeunes nous comptons alors sur la gent féminine pour pouvoir mener à bien notre mission à travers les organisations féminines, les ONG féminines, parce que tout ce que femme veut Dieu le veut. Nous allons solliciter le concours de toutes les femmes guinéennes pour pouvoir amener le pays vers une paix durable et une unité nationale très consolidée.

Interview réalisée par Hassatou Lamarana Bah

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :