Détention provisoire du journaliste Amadou Diouldé Diallo: Iboun Conté hausse le ton

Le journaliste historien Amadou Diouldé Diallo est toujours maintenu en détention provisoire.  Interrogé sur cette question, Moussa Iboun Conté, ancien président de L’AGEPI hausse le ton.

« Il faudrait que dans notre pays, qu’on cesse de fuir devant sa responsabilité. Je crois que  les patrons et responsables des associations de presse trahissent leur manque de courage de dire la perception qu’ils ont de monsieur Amadou Diouldé Diallo. Et puis la plus part de ces patrons de presse pensent que monsieur Amadou Diouldé Diallo n’est pas journaliste, il a cessé d’être journaliste, il fait plutôt la communication institutionnelle parce que du point de vue de l’article 76-77 sur la loi de la liberté de la presse, où on définit carrément qui est journaliste, je crois que en tenant compte de ça Amadou Diouldé ne rentre pas dans le champs d’action de ces deux disposition de la loi sur la liberté de la presse », a expliqué avant de préciser cela:

« Mais au-delà de ça, le délit qu’on lui reproche a été commis par voie de presse et par contre, c’est la loi sur la liberté de presse qui doit s’appliquer. Et même si dans ce cas de figure, le délai de garde à vue est prévu mais c’est 48 heures, après cela, il doit bénéficier d’un jugement et si, il y’a condamnation c’est une peine d’amende et l’amende ne dépasse pas 5.000.000 GNF. Donc franchement il est mis injustement en prison, je crois qu’on doit corriger cette injustice et c’est bien fait qu’un collectif de jeune journaliste aillent laisser des demandes dans ce sens », indique-t-il.

Selon lui, cet état de fait va avoir un effet dévastateur sur le pays, parce que, ajoute-t-il,  « on va perdre encore de place dans le cadre de l’établissement de l’état de la liberté de presse par le reporter sans frontière ».

Mansaré Naby Moussa

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :