Déclaration du premier ministre : « Ce n’est pas la méthode qui pose problème mais le sujet à débattre », rétorque Ousmane Gaoual Diallo

Dans une déclaration rendue publique dans la soirée du lundi, Dr Ibrahima Kassory Fofana a expliqué en quoi consistera sa démarche dans la conduite des consultations nationales comme instruit par le chef de l’Etat.

Le chef du gouvernement indique que son rôle dans ces consultations sera d’écouter les acteurs impliquées dans le processus et d’en rendre fidèlement compte à qui de droit, en précisant de passage que sa mission c’est point d’engager des négociations ou de conduire un dialogue proprement dit.

Pour honorable Ousmane Gaoual Diallo, invité des GG ce mardi, ce n’est pas la démarché édictée par le premier ministre pour la bonne conduite des consultations nationales qui pose problème mais plutôt le sujet à débattre.

« Ce n’est pas la démarche à bien mener les consultations qui est le problème chez nous mais c’est le sujet débattu. Quand on parle de l’éventualité d’introduire une nouvelle constitution, on est déjà en parjure, on est déjà en violation des textes fondamentaux de notre pays. C’est en cela que le front regroupé au sein du FNDC ne peut pas et ne souhaite pas s’associer. Car pour nous le problème ce n’est pas le dialogue mais de quoi nous allons dialoguer. En plus, s’ils disent que la constitution actuelle n’a pas fait l’objet d’un référendum alors qu’ils l’a soumettent en référendum sans modifier un iota. Donc pour nous ce n’est pas la méthode qui pose problème mais le sujet à débattre », tranche le député à l’uninominal de Gaoual.

Quand aux craintes de division au sein du Front National pour la Défense de la Constitution vis-à-vis de la démarche annoncée par le premier ministre, puisque Kassory Fofana dit clairement que les invitations en vue de ces consultations nationales seront individuelles et non par bloque, le directeur de la communication du principal parti de l’opposition du chef de file de l’opposition estime que même si la démarche a déjà fait lésion en Afrique où on fabrique des opposants et des organisations fantômes de la société civile ça n’aboutira pas en Guinée.

Car dit-il, « Que voulez-vous qu’un monsieur comme Dansa Kourouma vous dise quand on va le consulté ? On connait déjà sa position. Que voulez-vous que Kassory vous dise quand il dit je veux être neutre ? Alors qu’il s’est déjà largement exprimé pour la violation de la constitution. Les positions sont connues dans notre pays. Nous, nous ne voulons plus attendre parler d’une présidence à vie, d’une absence d’alternance démocratique. Que des gens se désolidarisent au combat ou pas, les personnalités, partis politiques et organisations de la société civile regroupés au sein du Front National pour la Défense de la Constitution sont tous des gens qui sont venus dans le front de façon libre ».

Même si, souligne honorable Ousmane Gaoual Diallo, dans un Etat mafieux où on bafoue les principes élémentaires de gouvernance et de démocratie tout est tout possible….

Mohamed Barry, 224 624 39 57 84

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :