Culture/Primes d’entretien des anciennes gloires : « Si tu ne penses pas à demain, demain se chargera de Toi » (Fadjidih)

Le débat continue dans le milieu sportif et culturel autour des primes d’entretien forfaitaires accordées aux anciennes gloires de Guinée. Réagissant à cette actualité qui suscite beaucoup de commentaires sur la toile, l’artiste Fadjidih, l’un des pionniers de la musique urbaine Guinéenne lui, a une autre lecture de ce débat.

Des artistes dénoncent le caractère sélectif de cette prime d’entretien accordée aux anciennes gloires. Mais Fadjidih n’est pas de cet avis selon l’artiste musicien et promoteur de spectacle, « quand on est une gloire il faut préparer sa retraite. Parce que, dit-il, même si toutes les anciennes gloires veulent être soutenues sur tous plans par les autorités pourtant elles n’y sont pas obligées (ces autorités). »
«Il faut mériter la chance et la bénédiction, que Dieu nous a donné en nous élevant au-dessus de millions de Guinéens par le talent, la gloire et les biens matériels, qu’il nous a donné au cours de nos carrières. On ne peut pas dilapider ce que Dieu nous a donné et en vouloir aux humains de n’avoir pas fait plus que Dieu à notre égard » fait remarquer l’artiste.
Avant de reprocher aux autorités en ces termes : «Ce que je reproche à nos autorités à notre égard, c’est souvent un manque de considération mais en y voyant les choses de près je crois que le respect et la considération se méritent ».

Aux anciennes gloires, Fadjidih indique qu’ « une ancienne gloire qui continue de vivoter de faire la manche sans gêne ni honte ne doit pas se plaindre. « Les gloires qui se sont mises à l’abri du besoin, qui ont aimé leur pays forcent le respect de leur peuple donc de leurs autorités, mais une ancienne gloire qui continue de vivoter de faire la manche sans gêne ni honte ne doit pas se plaindre de négligence de la part de ses autorités parce qu’elle même s’est déjà négligée auparavant».
Pour finir l’artiste conseil les artistes en disant ceci : « Nos devanciers nous ont servi de leçon nous ne dirons pas que nous ne savions pas. Si tu ne pense pas à demain, demain se chargera de Toi. Si quelqu’un se sent visé, je ne pensais pas à lui Wallaye » conclut-t-il.

Mohamed Barry

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :