Crises socio-politiques : Un parti révolutionnaire propose des pistes de solutions

Mieux vaut tard que jamais, dit-on. Après quelques jours du 61ème anniversaire de l’indépendance nationale, les membres du Parti de la Révolution Populaire Africaine de Guinée(PRPAG) font leur déclaration au cours d’une conférence de presse, ce vendredi 11 octobre. Au cours de cette rencontre avec les journalistes, les membres du PRPAG ont abordé les causes des problèmes de la Guinée et proposé des solutions. D’après l’idéologie de ces révolutionnaires, les vraies causes des problèmes de la Guinée d’aujourd’hui résident dans le changement de régime opéré par le coup d’Etat militaire du 3 avril 1984.

« Sous le prétexte de sortir d’une dictature, d’un chaos économique, ce coup d’Etat a détruit le régime dans lequel la Guinée était pleinement souveraine et responsable, le régime dans lequel les guinéens pensaient et décidaient exclusivement, par eux-mêmes, pour remplacer ce régime par le régime actuel fondé par régi par des ordres ou des mesures dictés par les pays anciens maitres coloniaux. », a expliqué Ismael Condé, secrétaire national du PRPAG. Pour ces anciens combattants de la révolution, la Guinée, depuis l’arrivée des militaires au pouvoir en 1984, est plus « la Guinée des anciennes métropoles » que « la Guinée des guinéens eux-mêmes ».

Pour surmonter sortir des problèmes qui entassent le développement économique et politique de la Guinée, le PRPAG estime qu’il faut matérialiser la citation du chef de l’Etat actuel. « Nous croyons fermement que la fin du calvaire qui domine la vie des guinéens depuis 35 ans, ne viendra qu’avec le respect rigoureux de l’impératif courageusement indiqué par le président de la République en Mai 2017 à Abidjan au sommet de la CEDEAO qui s’y est : Citation : ‘’Il faut couper le cordon ombilical avec la France’’, fin de citation. Au niveau de notre parti, cette phrase a eu la même résonnance ou le même écho que la fameuse et la célèbre phrase d’Ahmed Sekou Touré :’’ Nous préférons la liberté dans la pauvreté à la richesse dans l’esclavage’’. »

Cette résonnance ou écho peut-il être le même pour tous les guinéens ? C’est la question que se pose le PRPAG.

Mouctar Kalil Camara

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :