Crédibilité du double scrutin du 22 mars : « La Guinée prendra ses responsabilités en termes de relations avec la France » (Kiridi Bangoura)

« Non inclusif et non consensuel », c’est le regard de la France sur le double scrutin législatif et référendaire du 22 mars dernier, en Guinée.

En réaction à ce jugement de la France, le ministre d’Etat, secrétaire général à la présidence de la République, indique qu’il est tout à fait normal que les partenaires du pays donnent leurs points de vue sur le processus électoral en Guinée. Mais pour Naby Youssouf Kiridi Bangoura, ce n’est pas la règle qui régit le fonctionnement des institutions dans notre pays.

« Nous sommes sereins, parce que nous estimons que dans ce genre de processus, il est tout à fait normal que nos partenaires donnent leurs points de vue. Mais ce n’est pas la règle qui régit le fonctionnement des institutions dans notre pays » a souligné le porte-parole du président de la république, dans les GG ce mercredi.

Selon Kiridi Bangoura, la France a son jugement, ses positions de principes et son ressenti avec tous ses pays partenaires comme la chine, les Etats-Unis, la Belgique. « Nous tenons compte de son point de vue pas parce que c’est l’ancienne puissance colonisatrice mais c’est parce que la France est notre partenaire d’abord. Et nous nous aurons a nous expliquer avec les autorités françaises sur ce point vue…. »

Poursuivant, le ministre d’Etat, secrétaire général à la présidence de la République rappelle aux autorités françaises en ces termes :

« Les relations internationales sont fondées sur deux principes. Le principe de la souveraineté des Etats, mais aussi des relations que ces Etats établissent avec les uns et les autres. Le gouvernement guinéen prendra toutes ses responsabilités et en termes de souveraineté et en termes de relations que nous entretenons avec la France et n’importe quel autre pays ».

Mohamed Barry

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :