Cour d’appel : Le délibéré dans le dossier de Fonikè Mènguè renvoyé pour le 10 juin

Le procès en appel de l’activiste de la société civile Oumar Sylla alias Foniké Menguë s’est poursuivi ce Jeudi à la cour d’appel de Conakry. Après les réquisitions et plaidoiries, la cour d’appel a renvoyé le délibéré pour le 10 juin prochain.

Au sortir de l’audience, Maître Mohamed Traoré,  avocat à la défense s’est dit confiant quant à une issue favorable dans le dossier

« En ce qui concerne nous avocats de la défense, nous sortons confiants. Nous avons réussi à démontrer que les faits qui sont reprochés à Oumar Sylla dit Foniké Menguë ne tiennent pas. Nous avons joué notre partition, il appartient à la cour de jouer la sienne aussi.

 Encore une fois pour ce qui est des infractions qui lui sont reprochées à savoir la menace, la provocation à un attroupement non armé, les débats à la barre ont montré que ces infractions n’existent pas. Il s’agit simplement d’un harcèlement judiciaire dont monsieur Oumar Sylla est victime et nous pensons que la cour va le rétablir dans ses droits en le relaxant purement et simplement pour l’infraction pour laquelle il a été condamné et en confirmant la décision de relaxe qui a été rendu en sa faveur à Dixinn », a-t-il défendu.

Sur la jonction de procédures accordée au parquet par la cour d’appel, Maître Traoré estime que c’est une violation de l’article 316 du code de procédure pénale

« Nous pensons que c’est une violation de l’article 316 du code de procédure pénale mais dans tous les cas si cette jonction a permis qu’on aille vite dans les débats, nous en avons pris acte et c’est ce qui a fait qu’on est passé aux réquisitions et plaidoiries », a-t-il dénoncé.

Poursuivant l’avocat estime également que le procureur n’a pas pu démontrer ses réquisitions devant le tribunal.

« Le procureur est dans son rôle, mais l’essentiel n’est pas de présenter des réquisitions, il faudrait que les réquisitions s’appuient sur des faits précis. Malheureusement le procureur n’a pas pu démontrer ces faits là parce qu’il a parlé de menaces mais n’a pas indiqué les personnes qui ont été menacées. Or quand on parle de menaces il faut qu’une personne soit visées mais il n’a indiqué personne et personne n’est venu à la barre ici pour dire qu’il a été menacé par Oumar Sylla », a-t-il souligné.

Le délibéré est donc attendu pour le 10 Juin prochain.

Alhadji MINTHE

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :