Conflit domanial : Veuve et mère de 10 enfants, cette dame se voit déguerpie de sa maison à Gbéssia

Une veuve, mère de dix enfants se voit contrainte de quitter son domicile dans la matinée de ce jeudi 14 mars 2019. La scène s’est déroulée au quartier Gbèssia rond-point dans la commune de Matoto. Selon le témoignage de dame Sylla, ce sont les enfants de l’ami de son défunt mari, qui sont venus avec les forces de l’ordre pour lui sommer de quitter les lieux car le terrain appartiendrait à leur père.

Dans un état de détresse, la victime explique sa mésaventure « Ce matin, j’ai quitté à la prière, j’ai pris mes bagages pour sortir au bord de la route, pour faire mon commerce. Soudain, une dame est venue me dire, maman on gâte chez vous, j’ai dit non personne ne gâte là-bas parce que nous ne sommes pas informé. Je suis allée voir, j’ai trouvé qu’ils rentrent dans la maison pour faire sortir nos bagages, quand j’ai dit de passer, ils m’ont dit non que je ne vais pas passer. Ils m’ont dit que ce sont les propriétaires de ce foyer qui leurs ontmis en commission, c’est ainsi les trois fils de Mamadouba Tabaki ami de mon défunt mari à l’occurrence Fodé, Fodé Moussa et Youssouf, sont venus dire de dégager tout de la maison que c’est la maison de leur père » explique madame Aminata Sylla.

Pour la petite histoire, Mamadouba Tabaki aurait donné le terrain à son ami d’enfance Ousmane Kolet le défunt mari de dame Aminata. Poursuivant sa narration, la veuve précise que même le tribunal a tranché dans cette affaire « le jour que je suis rentrée dans ce foyer c’est dans la maison là j’ai trouvé mon mari, j’ai eu dix (10) enfants ici, quand j’ai eu ces dix enfants, mon mari est décédé, mais avant sa mort il nous a dit que c’est avec son ami qu’il a grandi qui lui a offert ce terrain, qu’il n’y a aucun problème que c’est chez lui. Le quartier est au courant, nous sommes allé au tribunal de Mafanco, le tribunal a demandé aux enfants de Mamadouba Tabaki ce qu’ils veulent, que de récupérer le terrain de leur père. Vu que c’est mon mari qui a construit la maison, le tribunal leur a dit de chercher alors une autre maisonpour nous mais qui se fera à sa présence » indique-t-elle.

Selon Aminata Sylla, elle détient tous les papiers qu’un donataire doit à son client, ainsi que les papiers du tribunal. Pour l’heure, la veuve Aminata Sylla et ses enfants n’ont nulle part où aller.

Affaire à Suivre !

Hassatou Lamarana Bah

In the news
Load More