Comment vivent les travailleurs du Grand Hôtel de l’Indépendance Novotel ?

Les travailleurs du Grand Hôtel de l’Indépendance Novotel situé dans la commune de Kaloum, ne sont pas du tout content de la gestion de l’actuelle direction générale. Depuis le mois de décembre, le personnel n’aurait pas reçu le salaire. Ce n’est que le vendredi passé, qu’un mois de salaire notamment celui du mois de décembre a été payé. Selon Moussa Soumah membre du syndicat au GHI et secrétaire chargé à l’organisation et à l’éducation, cette situation est due à la mauvaise gestion de la nouvelle direction.

« Depuis le départ de l’ancien directeur général de l’hôtel M. Capi Camara, les travailleurs ont constaté qu’il y’a souvent un manque de responsabilité de nos gestionnaires actuellement. Comment peut-on travailler deux mois sans salaire et qu’on te dise qu’il n’y a pas d’argent alors qu’il y’a des antennes sur le toit de Novotel qui sont payés notamment les opérateurs téléphoniques, les bureaux et les appartements sont occupés. Il y’a emergency, c’est-à-dire les avions qui font des retards ils envoient les clients ici ne serait qu’une seule nuit ? » s’interroge-t-il.

Le personnel aurait reçu son salaire du mois de décembre, cependant comme l’indique M. Soumah, l’hôtel doit à la banque « payer un mois alors que nous devons chaque fin du mois 500 mille GNF à la banque centrale ? Tu n’as qu’un million à la fin du mois, la banque n’attendra pas pour retirer la deuxième caution. S’ils nous paient un mois alors que nous devons deux mois à la banque et qu’elle retire un million combien restera ? » Dénonce-il.

Toujours dans ses explications, le syndicaliste précise que certains employés n’ont pas reçu leur argent au complet « Beaucoup m’ont dit qu’ils n’ont perçu que 200 mille GNF alors qu’ils devaient avoir un million et quelque. Il n’y a pas que les deux mois, nous avons le treizième mois qui n’a pas été payé et c’est une obligation. J’aurais appris même qu’ils vont nous payer le 20 mars, la banque va encore tirer de l’argent » déplore-t-il.

Interrogé par notre reporter M. Alseny Bangoura SecrétaireGénéral du syndicat des travailleur de l’hôtel porte un doigt accusateur à l’ancien directeur M. Capi Camara de prendre tout l’argent dans la caisse «on règle les choses à l’interne, l’ancien directeur n’a presque rien laissé. Avant qu’il ne parte, il avait dit qu’on paiera les un milliard 50 mille à la caisse nationale de la sécuritésociale qui n’est pas à jour, et garantir deux mois de salaire. La crise a commencé quand il partait » indique-t-il.

Une déclaration que conteste Moussa Soumah qui quant à lui dénonce la mauvaise  gestion de la nouvelle équipe à sa tête le DAF, M. Mohamed Konaté « Il n’est pas parti avec l’argent, Le seul bémol pour Capi Camara,il ne nous a pas assuré à la sécurité sociale. Sinon il n’y a pas eu un retard sur nos salaires. Il y’avait cinq pharmacies qui s’occupaient de nous. Quand il y’a eu Ebola, à cause de difficultés il n’y avait que deux pharmacies »martèle-t-il.

Outre le retard dans le paiement des salaires, le personnel de l’hôtel composé d’une centaine de travailleurs, est confronté à d’énormes difficultés comme le dénonce M. Soumah « le DAF a bloqué notre cantine, depuis plusieurs mois les travailleurs ne mangent pas ici, ceux qui veulent manger sortent au dehors et achètent du riz, on n’a plus de petit de déjeuner idem que le repas du soir. La pharmacie et la prise en charge du docteur Dasilva nous n’avons plus, même le pain le fournisseur a bloqué, car on lui doit 90 millions qu’est-ce la direction fait ? » Dénonce-t-il.

L’autre point qu’il faut signaler au sein de cet hôtel, il y’a une vive tension entre les membres du syndicat entre autre M. Moussa Soumah et Alseny Bangoura. Le premier accuse son secrétaire général de prendre des décisions unilatérales «Comment un secrétaire général peut discuter le problème des travailleurs seul avec la direction, il prend des décisions unilatérales, il ne respecte pas les lois syndicales. Et venir nous dire que la direction a dit qu’il n’y a pas d’argent sans pour autant montrer des preuves » s’indigne-t-il.

De l’autre côté, Alseny Bangoura soutient que Moussa Soumah est une personne brutale « Le syndicat n’est pas brutal, quand il y’a négociation il n’est pas question d’inciter les travailleurs. Moussa Soumah c’est un monsieur, quand il n’a pas de l’argent il ne comprend rien » indique-t-il.

Affirmant qu’il y’a deux camps au sein de l’hôtel Novotel à savoir le premier qui est composé du DAF qui ne prend pas ses dispositions et l’autre côté ceux que Capi Camara aurait nommé, M. Soumah invite le ministère de tutelle à chercher un directeur général pour sortir les travailleurs de cette ‘’anarchie’’.

Hassatou Lamarana Bah 623125203

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :