CHU-Donka/Séparation des enfants siamois : Une délégation de l’UNICEF pour féliciter les médecins

L’Institut de Nutrition et de Santé pour Enfants (INSE) qui a pour mission la prise en charge des nouveaux nés malades et aussi des nourrissons souffrants de malnutrition avec complications, a reçu ce vendredi 22 janvier, une délégation de l’UNICEF. Cette présence de l’UNICEF était de visiter les enfants siamois séparés par une équipe de médecins guinéens.

« Initialement j’étais venu ici comme objectif, visiter les enfants siamois qu’on a séparés et qui sont maintenant des jumeaux. Mais de fil en aiguille on s’est convenu qu’il fallait qu’on regarde dans son ensemble l’institut de nutrition et de santé pour enfants. Donc je suis venu vraiment pour échanger avec le personnel de l’INSE, mais aussi pour échanger avec l’équipe courageuse qui a séparé les siamois. Parce qu’il faut le dire, c’est une opération très complexe et très souvent ces enfants sont évacués à l’étranger et ici avec les conditions de bord cette équipe composée d’anesthésistes, de neurologues et d’autres experts ont pu séparer ces deux enfants pour le bonheur de tout le monde dans ce pays », a incliné Pierre Gomme, représentant de L’UNICEF en Guinée.

Cette visite a été pour le directeur général de l’institut de nutrition et de santé pour enfants une occasion rêvée: « L’arrivée de monsieur le représentant de l’UNICEF et son équipe a été une occasion rêvée pour nous. Et on a eu des siamois qui sont nés à Faranah qui sont arrivés à Conakry et l’équipe de la chirurgie, de la nutrition et de la néonatologie avec les anesthésies ont pu séparer ces siamois qui sont devenus des jumeaux. Et ces enfants étaient à l’intérieur de l’INSE avant d’être opérés et aujourd’hui on les a ramenés ici encore pour qu’on puisse continuer le suivi nutritionnel », dit Dr Diallo Ibrahima Sory.

Pour sa part, Dr Touré Balla Moussa, chef de service de l’unité et de la chirurgie pédiatrique à Ignace Deen lève le doute sur l’état de ces enfants. « L’opération s’est très bien passée comme je l’ai dit tantôt aux autres, ces enfants, c’est les enfants normaux. C’est vrai ils vont avoir une petite cicatrice sur la fesse qui va peut-être disparaître avec le temps, sinon ces enfants sont normaux parce que nous avons fait des visites neurologiques avant l’intervention », précise-t-il.

Pour mettre fin aux évacuations sanitaires, ces médecins demandent un plateau technique afin de les faciliter le travail.

Mansaré Naby Moussa.

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :