Campagne électorale/Etat d’urgence : Un membre du PADES fustige le décret du chef de l’Etat

Dans un décret lu sur les ondes de la télévision nationale dans la nuit du jeudi 17 septembre, la campagne électorale pour l’élection présidentielle du 18 octobre 2020  a été déclarée ouverte sur toute l’étendue du territoire. Dans ce décret, le vide qui a le plus marqué est qu’aucune n’a été faite sur le déroulement de cette campagne avec les mesures de l’état d’urgence sanitaire provoqué par la pandémie à coronavirus.

Interrogé par notre rédaction, l’un des membres du bureau exécutif du PADES réagit en ces termes :

« Ce n’est pas surprenant que le président de la République fasse une telle déclaration sans tenir compte de cette pandémie dans le Pays. Je trouve cette déclaration anormale. Mais ce que je vais vous dire, le PADES est prêt à faire tout ce qui peut aller dans le bon sens pour les guinéens. Que l’État lève l’état d’urgence sanitaire ou pas, le PADES a pris des dispositions pour une campagne avec zéro contaminé », Dit Aïcha Barry.

Parlant des activités des mouvements de soutien du RPG arc-en-ciel en pendant cette période d’état d’urgence, Dame Aïcha Condamne « Vous savez, le RPG a toujours pagaillé dans ce pays. Il n’a jamais respecté les règles et lois dans ce Pays. Et par contre, ils ont toujours empêché les autres de faire autant. C’est quelque chose qui est condamnable, inacceptable, énervant et voire même révoltant. Voir des mouvements de soutien du RPG, faire des regroupements pendant que le pays est dans l’état d’urgence sanitaire et que les gestes barrières ne sont même pas respectés. Je condamne cet acte avec dernière énergie », déplore-t-elle.

Selon Dame Aïcha, ces mouvements de soutien sont aujourd’hui à l’origine du pillage du contribuable.

Mansaré Naby Moussa pour www.kalenews.org

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :