Boké : Des citoyens réagissent à l’interdiction de la vente de Chicha

0
208

Depuis près d’une semaine, les autorités guinéennes à travers les ministères du commerce, du budget et de la sécurité ont interdit la vente, la commercialisation et la consommation de la chicha sur toute l’étendue du territoire national. Cette annonce fait une vague de commentaires mais surtout de frustration chez des consommateurs dans la préfecture de Boké.

La chicha est une pipe à eau très répandue dans les pays arabes et récemment dans les pays occidentaux. Aujourd’hui très prisé en Guinée par la nouvelle génération, ce produit importé de l’étranger est souvent commercialisé dans plusieurs supérettes du pays.

Suite à une consommation abusive de la population surtout les jeunes y compris les filles, les autorités ont décidé d’interdire la vente jusqu’à sa consommation dans le pays, car pour elles, les jeunes en rajoutent d’autres excitants comme la drogue et les boissons alcooliques, ce qui est nuisible à leur santé.

A Boké ou encore à Kamsar, le constat est palpable dans les boîtes de nuit où plusieurs jeunes filles sont souvent apperçues dans les places VIP en consommant la chicha.

Rencontrée dans la commune urbaine de Boké, Mariam Sidibé salue cette décision de l’autorité. « La chicha est consommée par beaucoup de jeunes mais je pense que la manière de mélanger à des stupéfiants qui n’est pas bon et cela se passe aujourd’hui dans toutes les boites, les restaurants et même dans les foyers. Je suis d’accord avec le gouvernement », soutient-elle.

Pour Oumou Cissé, une autre jeune dame rencontrée au centre ville de Boké, les consommateurs ne connaissent pas l’inconvénient de la chicha : « Aujourd’hui beaucoup utilisent ce produit sans savoir réellement son utilité et son inconvénient. Je pense qu’il faut avoir la connaissance sur le produit » suggère-t-elle.

Un autre jeune qui a requis l’anonymat s’est également confié: « Chez moi ça n’a pas de conséquences c’est comme la cigarette. C’est abuser qui est mauvais »
.
Hassatou Lamarana Bah

Laisser un commentaire