Arrestation des leaders de l’opposition : Allhousseny Makanera Kake n’avait pas dit son mot à lui

Invité chez nos confrères de Nostalgie Guinée ce Vendredi 20 novembre, l’ancien ministre de l’information et de la communication s’est exprimé sur les poursuites judiciaires déclenchées contre certains leaders de l’opposition guinéenne.

Pour Alhousseine Makanera Kake, les Guinéens doivent assumer la liberté de la justice, un des piliers de la démocratie :

« Lorsqu’on opte pour un régime, on doit assumer. Nous avons dit que nous voulons la démocratie et la démocratie exige le principe de séparation des pouvoirs. Ce n’est pas parce que le président veut que la poursuite doit être arrêtée, la justice  est totalement indépendante de la volonté du président de la République. Si aujourd’hui le président arrêtait le processus, ils seront les premiers à crier et dire que la justice est sous ordre », a-t-il dit.

Le président du FND s’est également exprimé sur la récente sortie des organisations de la société civile Guinéenne faisant des recommandations à l’endroit du président de la République.

« C’est une déception, tout ce qu’ils disent est très grave. Premièrement, la société civile demande la libération des gens qui sont poursuivis. C’est comme dire qu’il faut mettre la pression sur la justice, il faut retirer l’indépendance de la justice ça c’est antidémocratique.

Deuxièmement, lorsqu’ils parlent de la dissolution de l’Assemblée nationale, c’est mettre des accords au-dessus de la constitution, mais on veut construire quelle société avec cela », a-t-il martelé.

Alhadj Minthé

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :