Application de l’accord SLECG-gouvernement : « le ministre Yéro Baldé se croit au dessus du Président de la République », dixit Aboubacar Soumah

0
1125

Le bureau national du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) annonce une nouvelle grève générale illimitée si rien n’est fait pour l’application effective de l’accord signé  entre l’Etat et les enseignants grévistes, ce dans une semaine. Dans une sortie médiatique ce mardi 5 mars 2019, Aboubacar Soumah, accuse Yéro Baldé, ministre de l’enseignement supérieur d’être à la base du blocus.

Réagissant aux propos de Dr Mamadou Alpha Bano Barry, dans l’émission les grandes Gueules, président de la commission en charge de conduire le processus d’assainissement du fichier du personnel enseignant, le secrétaire général du SLECG dénonce le fait qu’aucune  disposition ne soit prise par l’Etat pour l’opérationnalisation de cet assainissement comme prévue dans le protocole d’accord.

« Comme vous le savez, le protocole d’accord a été signé depuis le 10 janvier dernier. De cette date jusqu’à maintenant, les choses continuent de trainer. D’abord même la décision portant sur la constitution de la commission a pris énormément du temps. Plus grave, on travaillait 2 à 3 séances par semaine, maintenant ce n’est pas le cas. Alors qu’à l’intérieur du pays  les enseignants s’impatientent pour la mise à dispositions des salaires. Pourtant nous nous attendions l’effet du protocole d’accord sur les salaires à la fin du mois de mars » fustige Aboubacar Soumah.

Plus loin, le secrétaire général du SLECG précise qu’à part la question du salaire plusieurs autres points  du protocole d’accords signé le 10 janvier dernier restent non satisfaits. A savoir : « Le paiement des 40% aux retraités du corps enseignants de Guinée et le rétablissement des enseignants mutés ou démis de leurs fonctions. Face à ce blocus nous sommes obligés de nous faire entendre par cette menace de reprise de la grève » soutien-t-il.

Sur ce dernier point, Aboubacar Soumah pointe du doigt le ministre de l’enseignement supérieur, Yéro Baldé, qu’il accuse d’être à la base du blocus dans l’application de l’accord.

Ce ministre, dit le patron du SLECG, « ne veut pas du tout entendre l’application de cet point d’accord signé entre l’Etat et le SLECG. On dirait qu’il n’est pas ministre de cette  République de Guinée. Et aujourd’hui cette réticence du ministre Yéro Baldé fait que nous sommes contraint de durcir le ton parce qu’il est entrain de prouver qu’il n’est pas ministre de la Guinée. Ce ministre, je veux parler de Yéro Baldé se croit au dessus du président de la République. Sinon un protocole qui a été signé par un gouvernement, je ne vois pas en quoi un ministre peut s’opposer à son application » s’interroge le secrétaire du syndicat des enseignants de Guinée.

Mohamed Barry, 224 624 39 57 84

Laisser un commentaire