Violence basée sur le genre : « celui qui viole une femme s’est violé lui-même »

In Accueil, Femme, Société

« Comment prévenir et éradiquer les violences basées sur le genre en Guinée », c’est le thème d’une conférence débat organisée jeudi 18 mai 2017 par la Fondation Islamique de Bissikirima à l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry. Au cours de cette rencontre, plusieurs panelistes ont échangé des idées sur la problématique liée aux  violences faites aux femmes.

D’entrée de jeu, le professeur Alpha Amadou Bano Bary  conférencier du jour fait savoir que,   « celui qui viole une femme s’est violé lui-même.  Parce que ça refait surface chez le violeur, le viol est un crime  qui interpelle tout le monde. C’est un problème qui se trouve même dans les familles, mais il y a souvent un tabou qui entoure le sujet »

Hadja Mariame Haribo ancienne ministre pour sa part, a renchérit sur la question du viol chez les filles : «  Le viol est devenu une arme pour certains. Pour ces hommes, il faut violer parce que c’est une arme. Et dans notre pays, le viol est devenu banal. Tous les jours de filles sont violées et ça passe inaperçu, il faut que ça s’arrête il y a eu trop de victimes dans notre pays » a-t-elle regretté devant le public.

Et d’aborder la question de la mutilation génitale en ces termes : «  Nous sommes allées rencontrer le responsable  de l’université Al Adjar d’Egypte, on lui a interrogé  sur la question, il nous a répondu qu’il n y a pas  de l’excision dans sa famille » révèle-t-elle, et d’ajouter : «  donc ceux qui utilisent l’islam comme argument se trompent, l’excision n’est pas dans le coran ».

Il faut noter qu’au sortir de la rencontre, les organisateurs ont mis l’occasion à profit pour interpeller le gouvernement sur les violences faites aux femmes.

 

Med Yrrab

+224 666 158 944

Join Our Newsletter!

Love Daynight? We love to tell you about our new stuff. Subscribe to newsletter!

Leave a reply:

Your email address will not be published.

*

Mobile Sliding Menu

Alpha DIAOUNE