Tentative de viol : Une bataille judiciaire s’engage entre le Président du BOC et Djenab Baldé

In Accueil, Société

Une bataille judiciaire s’enclenche entre le Président du Bloc de l’Opposition Constructive BOC et Djenab Baldé enseignante. Le leader politique accuse la dame de destruction de biens privés et de diffamation, tandis que celle-ci porte plainte contre ce dernier de tentative de viol. Un dossier qui sera jugé au tribunal de première instance de Dixinn.

Ce lundi 11 septembre, Djenab Baldé a retiré sa plainte qu’elle avait déposée au commissariat urbain de Cosa contre Ibrahima Sory Diallo Président du BOC pour tentative de viol, comme l’explique le leader politique qui aurait lui aussi porté plainte contre elle « Je me plains de destruction de biens privés et diffamation. Quand ma plainte a été déférée à la justice, à mon arrivée chez le procureur on m’a fait comprendre que la fille aurait porté plainte contre moi pour tentative de viol. A ce sujet, le procureur m’a demandé de m’apprêter au questionnaire de la police pour des enquêtes préliminaires. Je suis venu, ils m’ont entendu, mais il paraîtrait que la fille a refusé de remettre à la police les résultats du médecin légiste. Elle a même demandé de retirer sa plainte et les scellés qui étaient là comme preuve » dit-il.

Djenab Baldé la présumée victime de tentative de viol explique pourquoi elle a retiré sa plainte « ils n’ont pas voulu examiner ma plainte, ils ont dit que comme Docteur a porté sa plainte, selon eux les deux choses sont liées, ils ont fait mon audition et celle de Docteur. J’ai insisté mais ils n’ont pas voulu. Le mercredi nous nous sommes rendus à la justice mais docteur ne s’est pas présenté. Puis ils m’ont demandé ce qui s’est passé, comme il a su qu’après l’acte j’allais porter plainte, il m’a devancé, c’est ce qui a provoqué mon acte de casser sa voiture. Ils m’ont dit de revenir entre jeudi ou vendredi pour que je sois entendue au commissariat. Etant la victime ils ne m’ont pas écouté et je ne compte plus travailler avec eux c’est pourquoi j’ai pris le dossier et envoyé à la DPJ » explique-t-elle.

Sur la question de savoir ce qui s’est passé entre eux le dimanche, Djenab Baldé donne sa version des faits « Un jour je revenais de la ville, il y’avait assez d’embouteillages, docteur s’est arrêté et il m’a amené. En cour de route il m’a parlé de son ONG Prisonnier Sans Frontière et qu’il souhaiterait que j’adhère, puis je lui ai dit que j’en parlerais à mon mari. Quand mon mari m’a donné l’accord, je suis allée à leur réunion, mais comme j’étais trop chargée car je suis enseignante et que leur réunion c’est les samedis, je ne pouvais pas assister. Il m’appelait pour savoir quand est ce que j’allais participer durant 5 mois. Samedi dernier, il m’a dit qu’il y’a une réunion le dimanche, je lui ai dit que j’allais assister. Le dimanche quand j’ai fini la cuisine sous le consentement de mon mari, je me suis préparée pour sortir, il m’a appelé pour avoir la confirmation. Comme il pleuvait, je lui ai demandé si on pouvait se rencontrer au carrefour pour aller au bureau et il a donné son accord. Avant le bureau se trouvait à Cosa, mais l’ONG a délocalisé pour Lambanyi, cependant il m’a envoyé à l’ancien siège, de là nous sommes rentrés il y’avait des vieux au rez-de-chaussée. Quand nous sommes montés à l’étage, je n’ai trouvé personne et j’ai commencé à avoir peur, puis il m’a dit de rester calme qu’il voulait me voir car il m’aime. Je lui ai répondu que je suis mariée et je ne fais pas l’adultère car j’aime mon mari. Il m’a dit d’oublier ça et qu’il n’y a pas ça dans l’amour ; il s’est approché et a voulu m’embrasser, chose que j’ai refusé, ensuite il m’a dit comme tu ne veux pas m’embrasser acceptes de faire quelque chose pour moi, c’est ainsi qu’il a ouvert son pantalon et a fait sortir son … J’ai dit qu’en faisant cela je vais vomir. Quand j’ai refusé, il était sur ses nerfs, je lui ai dit qu’il était brutal ce qui l’a énervé et a répondu que s’il l’était, il m’aurait déchiré avec son… Comme nous étions au 4ème, j’ai voulu aller vers la fenêtre pour appeler au secours, mais il m’a repoussé vers le fauteuil et là il a commencé à me déshabiller, je me suis débattue finalement il a enlevé mon collant et mon slip, ainsi j’ai eu l’idée de prendre mon téléphone et faire semblant que j’appelais quelqu’un comme il a vu cela, il m’a laissé moi j’étais terrorisée, j’ai ouvert la porte pour sortir et puis il a pris mes sous-vêtement pour les jeter vers moi. Quand je suis sortie j’ai dit aux vieux que ce docteur amène les filles pour les brutaliser, puis je lui ai dit de sortir sinon j’allais casser sa voiture il ne pouvait pas sortir car il était sous l’excitation pour ne pas que les gens comprennent c’est ainsi que j’ai pris une grosse pierre et j’ai cassé sa voiture… » Narre-t-elle.

Ibrahima Sory Diallo quant à lui rejette en bloc ces propos et affirme que la jeune dame et son mari seraient contre lui car il ne l’a pas enregistré sur une liste que son ONG Prisonnier sans Frontière aurait élaboré.

Hassatou Lamarana Bah

+224 623 125 203

kalenewsorg@gmail.com

 

Join Our Newsletter!

Love Daynight? We love to tell you about our new stuff. Subscribe to newsletter!

Leave a reply:

Your email address will not be published.

*

Mobile Sliding Menu

Alpha DIAOUNE