Tchad: nouvelle grève dans la fonction publique pour le paiement des salaires

0
50

Au Tchad, les fonctionnaires appellent à une nouvelle grève générale illimitée dans la fonction publique. Leur revendication est le même depuis le mois de janvier : le paiement de leur salaire intégral comme le prévoit un accord signé mi-mars avec le gouvernement. Depuis le début de l’année, leurs primes et indemnités ont été supprimées.

Les syndicats de la fonction publique tchadienne se félicitent d’un mouvement très suivi en ce premier jour de grève. Les écoles et les hôpitaux sont paralysés, et l’administration fonctionne au ralenti, selon le porte-parole de leur plate-forme, Michel Barka. Aujourd’hui, ils exigent du pouvoir tchadien qu’il tienne sa promesse du 14 mars de rétablir le salaire « intégral » dès la fin de ce mois. Une promesse arrachée à l’époque après quelque deux mois de grève générale. Ces syndicats rappellent que le président tchadien Idriss Deby s’était engagé personnellement sur ce point.

Mais le Tchad fait toujours face aux mêmes problèmes économies. Le président Deby a donc réuni, il y a quelques jours, les principaux leaders syndicaux pour leur annoncer que l’Etat n’était pas en mesure de tenir sa promesse, et que les prélèvements sur salaires allaient se poursuivre jusqu’ à la fin de l’année. Coup de colère des fonctionnaires qui estiment avoir été floué, mais aussi à être les seuls à payer pour la mauvaise gouvernance et la corruption qui gangrènent le pays, selon les syndicats de la fonction publique qui parlent de prélèvement d’au moins 30% de leurs salaires pour les fonctionnaires tchadiens depuis janvier.

Ils ont donc décidé de reprendre leur bras de fer avec le pouvoir dès ce matin, et jusqu’à ce qu’ils obtiennent gain de cause. Aucun responsable tchadien n’a souhaité s’exprimer jusqu’à la mi-journée. Ce dimanche, Madeleine Alingué la porte-parole du gouvernement assurait sur RFI que le gouvernement tchadien « respectera ses engagements ». Avant de souligner que « le Tchad vit dans un contexte international qui est très, très exigeant. Donc, les termes de l’accord sont respectés : nous garantissons le paiement des salaires des fonctionnaires à terme échu et je crois que c’est ça qui est important, d’insister sur ce fait-là ».

Avec RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*