Siguiri/Niagassola : Le Sosso Bala dispose désormais d’un abri digne de nom

0
119

Depuis son acquisition par Makhan Soundiata comme trophée de guerre en 1235, jamais une infrastructure spéciale n’a été bâtie en son nom. Enfin le ministère des sports, de la culture et du patrimoine historique a procédé ce jeudi, à l’inauguration de l’espace culturel de Sossso Bala, à Niagassola. La cérémonie a réuni plusieurs personnalités guinéennes et celles de la république sœur du Mali.

Nous sommes à Niagassola, là où le Sosso Balla est gardé et entretenu sous la vigilante des clans Keita et leurs compagnons alliés de la province  qu’on appelle le Kèndé Mendé. Ce balafon sacré est historique du 13ème  siècle est placé sous la responsabilité du patriarche qui porte le titre de BALATIGUI ou maitre balafon.

Sidiman Kouyaté, membre de la famille Dokala de Niagassola, nous parle du Sosso Bala, « On le joue à la la place publique devant le doyen du clan Keita. C’est le seul jour où le Sosso Bala est joué publiquement. Les jours d’exception où on peut le jouer, c’est la fête de l’année musulmane. Mais à cette occasion, le Sosso Bala est joué dans la famille Dokala. Quelqu’un qui a son père et sa mère vivants, ne doit pas regarder le balafon pendant qu’on entrain de le soulever. Quand on n’est pas autorisé, on ne peut pas le jouer. Seul le gardien titulaire peut le joué », explique-t-il.

Cette initiative du ministre de la culture a une portée sous régionale. Car onze Etats de l’Afrique de l’ouest partagent sans aucun conteste, les mêmes valeurs culturelles. Une réalité qui explique la présence de la communauté malienne qui ne s’est pas fait raconter l’événement.

« Nous sommes venus parce que nous sommes des mandinkas. Et le Manding va  au-delàs des frontières. La preuve est que quand nous sommes venus, nous n’avons pas vu les frontières. Nous sommes ici, car nous sommes Kouyatés au même titre que les Kouyatés de Niagassola. Ainsi nous sommes venus voir ce que nos ancêtres nous ont légué. Tout en remerciant les autorités guinéennes pour ce qui est entrain d’être fait à Niagassola. Chose qui nous a vraiment réconforté », nous a confié Adama Kouyaté, membre de l’association Massarénna du Mali,.

Après donc plus de huit siècles de son existence,  le Sosso Bala dispose désormais d’un abri digne de nom. Mais pour le ministre Sanoussy Bantama Sow, le travail ne fait que commencer. Car son département  veut faire de Niagasaola une vitrine du tourisme guinéen.

« Le président Ahmed Sékou Touré aimait dire que la Guinée est un scandale géologique. Alpha Condé a dit que la Guinée est un scandale agricole. Moi j’ai compris et je suis convaincu que la Guinée est un scandale culturel. Nous allons nous mobiliser, nous allons nous organiser pour promouvoir la culture africaine de Guinée » clame le ministre de la culture.

S’adressant à la jeunesse de Niagassola, Bantama Sow, recommande à ce qu’elle soit responsable et respectueuse. Car dit-t-il, « Les années a venir, Niagassola sera une plate tournante du tourisme guinéen ».

Placé comme patrimoine oral et immatériel de l’humanité par l’UNESCO en 2001, l’inauguration de l’abri de Sosso Bala honore la culture africaine toute entière qui renoue avec les valeurs qui ont fait la grandeur du vieux continent.

Mohamed Barry depuis Niagassola

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*