Comment retirer les billets de 5000 fg de la circulation ? Des pistes développées par le gouverneur de la BCRG  

0
1275

Au cours d’une rencontre avec les hommes de medias en début du week-end dernier, le gouverneur de la banque centrale de la République de Guinée (BCRG), a mis un accent particulier sur les stratégies à entreprendre pour changer les coupures de billets de 5000fg d’ici mars 2017. Il a par ailleurs fait cas, de la facturation et du paiement des biens et services dans le pays.

Dans son intervention, Lounceny Nabé gouverneur de la BCRG a rassuré que toutes les dispositions sont prises pour le retrait des anciennes coupures de billets de 5000 fg avec la complicité des différentes banques qui sont en place. « On a mis un système très précis selon lequel, les banques reçoivent à leurs guichets les versements des anciennes coupures de 5000. Les banques les transfèrent à la banque centrale à Conakry ou en province avec un dispositif logistique spécial. La sensibilisation a été faite en amont, en faisant un premier communiqué depuis mars dernier, afin d’avoir des billets propres et uniformes ».

Il mentionne également, que personne ne sera dépossédé de ses biens : « Nous avons pris des dispositions pour que personne ne puisse être spolié de son argent. C’est vrai que l’acceptation des anciennes coupures dans les transactions va jusqu’au 31 décembre. Mais après cette date nous laissons la possibilité aux citoyens de pouvoir échanger leur argent jusqu’au 31 mars, » renchérit-il.

Autres aspects qu’il a touchés, c’est le cas de la facturation et le paiement en devise des biens et services du pays. Le gouverneur reste ferme sur le fait que le paiement s’effectue en franc national et que des sanctions pourraient surgir pour ceux qui font le contraire. « Nous préparons actuellement des sanctions. Depuis de long mois, la banque centrale travaille avec des enquêteurs sur le terrain au niveau des propriétaires de bâtiment, aussi au niveau des occupants pour prendre les informations aux deux sources. Il y a une catégorie bien donnée à laquelle nous nous sommes intéressés et dans quelques semaines vous allez entendre ce qui va se passer dans ce domaine, » prévient Lounceny Nabé.

Enfin, il (Lounceny Nabé, ndlr)  rappelle que la facturation en devise est interdite dans le pays et précise que le règlement des factures doit être effectué en monnaies nationales.

Hassatou Lamarana Bah / 623 12 52 03

infos@kalenews.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*