Rentrée scolaire 2018-2019: Le SLECG aurait-il eu raison sur le gouvernement ?

0
97

L’appel lancé par le SLECG de garder les enfants à la maison serait-il accepté par les parents d’élèves, ou bien, c’est le premier jour les élèves attendent comme à l’accoutumée la semaine qui suit pour reprendre le chemin de l’école ? En tout cas, la rentrée scolaire prévue ce mercredi 03 octobre sur l’étendue du territoire national, n’a pas été effective dans la plupart des écoles publiques de la commune de Matoto. 

À l’école primaire de Yimbaya-Tannérie, aucun élève n’a répondu à l’appel, seuls Quelques enseignants et enseignantes qui ont marqué leur présence, le même constat se sentait aussi du côté de l’école primaire de Simbaya.

Toutefois dans certaines écoles privées, des élèves ont répondu à l’appel, c’est le cas de groupe scolaire Jean Mermoz et de Sophiapôle. 

Contente de retrouver ses amis, Aminata Camara élève dans une école privée de la place se réjouie de cette rentrée « après les trois mois de vacances, je suis très contente de revoir les amis malgré la mobilisation n’est pas à la hauteur, mais comme nous sommes au milieu de la semaine, espérons que le lundi prochain connaisse une forte mobilisation » dit-elle

Par rapport à la grève déclenchée par le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée SLECG, Mlle Camara invite à plus de compréhension entre syndicats et gouvernement « nous ne pouvons pas dire que c’est la grève lancée par le SLECG qui a perturbé la rentrée puisqu’on sait tous que c’est une habitude pour l’élève guinéen de manquer le premier jour de la rentrée, attendons donc le lundi pour plus d’analyse. Mais je dirais aux deux parties de se comprendre » lance-t-elle.

Depuis l’année passée, un bras de fer existe entre le gouvernement et le SLECG pour un salaire de base de 8millions GNF négociable. Pendant toutes ces vacances, des négociations ont eu lieu sans aucune suite favorable. 

Hassatou Lamarana Bah

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*