Politique : Kassory Fofana et les premiers règlements de compte?

0
631

Le tout nouveau premier ministre chef du gouvernement n’écarterait pas d’écraser des anciens adversaires politiques et certains cadres qui n’ont pas voulu l’accompagner au premier tour de l’élection présidentielle de 2010 à laquelle il a pris part sous les couleurs du GPT.

Selon des sources proches de son ancien parti, Kassory Fofana serait prêt à jouir de sa position actuelle pour nuire à ce qu’il appellerait des intérêts  de ces personnes concernées même si elles se trouveraient dans sa famille politique, le RPG Arc en ciel. C’est le cas notamment de Malick Sankhon, directeur général de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale avec qui les atomes n’étaient pas crochus jusqu’à sa nomination au Palais de la Colombe.

Des informations de source sure font état d’un éventuel départ désormais de  Malick Sankhon à la tête de la CNSS. Une manière pour le patron de la primature de secouer l’homme resté indéboulonnable, depuis 2010, près du Président Alpha Condé.

Ibrahima Kassory Fofana trouverait, dans un premier temps,  comme point de chute pour le directeur général de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale le Gouvernorat de la ville de Conakry avant de le pousser complètement à la sortie.

Pour la petite histoire, la ‘’guéguerre’’  entre les deux hommes remonte à la veille des élections présidentielles de 2010 en Guinée. A la fin du régime Conté, Kassory aurait demandé à Malick Sankhon de le rejoindre dans le GPT pour la conquête du pouvoir. Ce dernier, en réponse, n’a pas manqué de dire qu’il s’est engagé avec l’opposant historique Alpha Condé qui est un ami de longue date. Une relation que M. Sankhon a toujours préservée avec le président du RPG  et qu’il ne cachait pas même lorsqu’il  était le chef du protocole du Président Lansana Conté.

Pour preuves, primo, l’homme n’a jamais appartenu au PUP, parti crée par le Général-Président malgré qu’il était du système. Secundo, Malick Sankhon a été le premier cadre de l’administration guinéenne à créer son propre parti politique, La Cause Commune (LCC) étant dans le rouage présidentiel et participer aux premières élections communales que le parti a raflé à Coyah. D’où le début d’ailleurs de ses soucis avec ses anciens collaborateurs du régime Conté.

Nous apprenons également que Kassory et Malick sont de très vieux amis. Tous les deux se sont côtoyés aux Grands Projets où ils ont tissé de bons rapports avant de se retrouver autour du Président Conté : l’un ministre et l’autre chef protocole puis secrétaire général d’un département ministériel.

Les deux hommes étaient tellement amis et fidèles à Conté qu’au 2 février 1996, lors de la mutinerie qu’a connue Conakry, ils étaient les seuls qui sont restés au coté du président au Palais des Nations à Boulbinet. Parmi les obus qui ont atteint le Palais ce jour, une infime partie avait détruit la petite voiture que possédait Malick Sankhon. L’homme  est d’ailleurs resté un peu longtemps sans véhicule.

Selon une source très sure, en se rendant chaque fois en France, Malick Sankhon disait toujours au Général Conté qu’il rendra visite à son ami Alpha. Mon informateur me confirme d’ailleurs avoir rencontré Sankhon plus de 20 fois au salon de l’opposant à Paris.

« Si l’ami de ton ami devient ton ennemi, à quoi servira l’amitié ? » s’interroge un autre cadre de la mouvance qui s’inquiète sur cette relation tendue entre le premier ministre chef du gouvernement et le directeur général de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale.

Jusqu’où ira Ibrahima Kassory Fofana dans ses reformes ? C’est la question que se posent bon nombre d’observateurs. Rencontré, un membre non les moindre du bureau politique national du RPG Arc en ciel, qui a  préféré garder l’anonymat, n’a pas manqué de souligner que la guéguerre entre les cadres-fils  de la Basse-Guinée pourrait causer assez d’ennuis à l’existence de cette coalition.

Affaire à suivre !

LINCOLN 624901737

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*