Ousmane Gaoual Diallo : La crise à la constitutionnelle cache les velléités d’un holdup constitutionnel

0
157

Les acteurs de la vie sociale et politique de Guinée se sont fortement mobilisés ce mercredi 19 septembre 2018, devant le siège de la plus haute instance juridique du pays pour répondre à l’appel de la Cellule Balai Citoyen afin de dénoncer ce qu’elle qualifie de « coup d’Etat » au sein de la Cour Constitutionnelle.

Plusieurs formations politiques de l’opposition guinéenne ont appelé leurs militants et partisans à venir massivement à ce sit-in qui vise à dénoncer la « motion de défiance » signée par certains conseillers de la Cour Constitutionnelle qui ont décidé de destituer leur Président Kèlèfa Sall.

Pour Ousmane Gaoual Diallo, la crise à la constitutionnelle cache les velléités d’un holdup constitutionnel par Alpha Condé dans la perspective d’un troisième mandat. « Tout ça est pour servir un agenda caché d’Alpha Condé qui de plus en plus n’arrive pas a caché sa volonté de destituer le président de la cour constitutionnelle. Alpha Condé est réellement dans la démarche de vouloir détruire les institutions, museler ceux qui sont les contestateurs pour pouvoir asseoir l’autocratie de façon absolue sur notre pays » dénonce-t-il. 

Selon le député de l’UFDG, « Chaque guinéens doit avoir à l’esprit que si Alpha Condé soutient les rebelles (les huit conseillers frondeurs de la cour constitutionnelle) et qu’il réussisse leur putsch, s’en est fini pour le fichier électoral, le renouvellement de la CENI et de la tenue des élections parce qu’ils feront ce qu’ils voudront. Et il est très important de veiller à ce que la stabilité institutionnelle soit préservée et que la cour constitutionnelle soit préservée dans son intégrité » insiste-t-il.

Avant d’ajouter « Aujourd’hui, il y a dans cette crise un point important qu’on oublie de dénoncer, c’est que trois de ces rebelles là (les huit conseillers frondeurs de la cour constitutionnelle) n’ont pas l’âge pour siéger au sein de l’institution. Il faut que tout ça soit épuré et que ces gens qui n’ont rien avoir dans une équipe de sage soient débarqués de la cour constitutionnelle pour qu’elle reste le dernier verrou républicain qui reste à notre pays ».

Mohamed Barry, 224 624 39 57 84

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*