N’Zérékoré : Un groupement de femmes, s’implique dans l’éducation des enfants à Samoé

0
258

Situé à 10 Km de la préfecture de N’Zérékoré, la sous-préfecture de Samoé enregistre 77.369 habitants. Dans cette zone, du matin au soir, des femmes qui travaillent avec labeur et d’intérêt mineur, se sont données la main pour apporter leur appui dans l’éducation de leurs enfants. Cette contribution, est notamment le groupement LILA qui a pour objectif de faire la culture maraichère pour approvisionner les écoles de la sous-préfecture.

« Quand on te lave le dos, laves toi le ventre. Quand Plan Guinée et PAM sont venus pour nous aider dans l’éducation de nos enfants, nous aussi on s’est dit que la communauté doit au moins avoir sa part de contribution, en faisant la culture maraichère. Ainsi, il n’y aura pas de difficultés à avoir les ingrédients pour la cuisine » Explique Albertine Kpogomou vice-Présidente du groupement.

Tomates, oignons, gombos, choux, piments, aubergines et autres légumes y sont cultivés, ensuite ravitaillés dans les différentes écoles. Avec une superficie de 674 Km², la sous-préfecture de Samoé est une zone peuplée où les domaines de culture ne sont pas propices. Cet aspect et le manque de moyens, sont entre autres les difficultés que rencontre ce groupement.

« Nous n’avons pas d’appui financier et moral. Nous n’avons pas de quoi manger quand nous allons en brousse pour cultiver, nous n’avons pas d’intra agricolequi donne la croissance rapide d’une plante. Les insectes ont commencé à détruire les plantes, il faut au moins des insecticides pour les neutraliser » liste Mme Pkogomou.

Ayant à son actif, 39 personnes dont quatre hommes, les membres du groupement LILA ont élaboré une stratégie afin de travailler « Quand on veut travailler, nous faisons une cotisation et chacun paie 20.000 GNF. Cette somme nous permettra deprendre certains dispositifs, mais surtout de payer des gens qui viendront  nous aider à cultiver nos champs » annonce-t-elle.

Mis en place il y’a de cela trois ans, le groupement envisage de toucher d’autres contrées. Cependant, le manque de moyens ne lui permet pas de réaliser son rêve. C’est pourquoi, les membres à travers Mme Albertine Kpogomou, invitent l’Etat, les ONG et les personnes de bonne volonté à leur venir en aide.

Cette initiative des femmes de la sous-préfecture de Samoé, devrait être un exemple à d’autres,qui contribuera à l’éducation des enfants mais aussi à undéveloppement durable.

Hassatou Lamarana Bah 623 12 52 03

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*