Mouctar Diallo, Jean Marc Telliano et Aboubacar Sylla seraient-ils déçus de Cellou Dalein ? 

0
788

Les leaders des partis NFD, UFC et RDIG étaient devant la presse ce lundi 3 juillet à Conakry, pour présenter le Front pour l’Alternance Démocratique (FAD). Cette nouvelle alliance politique est à base électorale, en vue des prochaines échéances.

Après la déclaration du Président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée UFDG, de ne tisser aucune alliance électorale pour les prochaines élections, Mouctar Diallo des NFD, Jean Marc Telliano du RDIG et Aboubacar Sylla de l’UFC ont créé un nouveau front qui a pour but de renforcer leur efficacité pour les échéances électorales. L’Opposition Républicaine étant une entité informelle où des partis politiques se retrouvent pour échanger et harmoniser leurs actions. Ces trois leaders ont voulu innover en créant ce front pour une alliance plus solide, régi par des règles plus strictes.

Dans son discours, Mouctar Diallo des NFD précise qu’au-delà d’une alliance électorale, ce front est une alliance politique.

« Notre allié traditionnel qui est l’UFDG a déclaré de ne pas nouer des alliances électorales avec nous, cela a été dit par la plus haute autorité du Parti El hadj Cellou Dalein Diallo. Une raison suffisante pouvant nous amener toujours dans l’optique de l’unité de l’opposition pour laquelle nous avons opté depuis le début, de voir comment nouer des alliances avec d’autres partis. C’est de défendre les valeurs auxquelles nous croyons dans l’intérêt supérieur du pays. Le FAD n’est pas seulement une alliance électorale mais c’est aussi une alliance politique, c’est un autre bloc qui est créé, une autre force politique qui est créé, le FAD est ouvert à tout autre parti politique, » précise-t-il.

De son côté, Jean Marc Telliano Président du RDIG rappelle pour sa part que l’UFDG est un allié et qu’aucun parti ne l’a soutenu aux différentes aux élections auxquelles il a pris part.

« Je ne suis pas uninominal, j’ai été élu sur la liste nationale donc chacun a bataillé. En 2010 sans alliance j’ai eu 90% à Guéckédou et 78% à Kissidougou et ça c’est avec l’inexpérience politique. L’UFDG reste toujours mon allié, nous n’avons pas quitté l’opposition, mais pour mieux sauter il faut reculer, c’est une stratégie que nous sommes en train de mettre en place pour que nous puissions remporter toutes les élections. Avec la volonté et la détermination, le FAD va surprendre beaucoup. Je suis allié avec l’UFDG, mais aucun parti politique ne m’a soutenu, je suis parti sous le label du RDIG, » martèle-t-il.

Le N°1 de l’UFC a lui aussi donné ses impressions sur ce front. Aboubacar Sylla précise qu’il n’y a pas de cadeau en politique .

« On associe notre présence sur la liste de l’UFDG comme si c’est un cadeau, une faveur. Il n’y a pas de cadeau en politique, il n’y a aucune raison que Mouctar Diallo et moi figurions en haut de la liste de l’UFDG si on ne lui apportait rien ou pas susceptible de l’apporter quelque chose à l’avenir. Deuxièmement, c’est une disposition qui est prévue par nos lois, c’est pourquoi nos listes ont été acceptées par la cour suprême et par la CENI. En 2013, j’étais le directeur de campagne de notre liste commune, je me suis engagé à fond pour que la liste où figurait mon nom pour qu’elle puisse être engagée au maximum de suffrage, donc ce n’est pas un cadeau on s’est battu, » recadre-t-il.

Pour rappel, Dr Faya Millimono et Cie ont également créé un front et ont boudé l’opposition républicaine. Cette fois-ci, c’est au tour des alliés d’El hadj Cellou Dalein, même s’ils se réclament toujours de l’OR.

Hassatou Lamarana Bah / 623 12 52 03

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*