MISS GUINEE 2017 : la vérité de l’acharnement contre le COMIGUI révélée au grand jour !

0
915

Avec la «  complicité »  des responsables du ministère de la culture, la Miss RTG  remplace  la Miss Guinée 2017 à la compétition Miss Africa Continent. Une décision qui a étonné plus d’un guinéen.

On se rend compte finalement que c’est une campagne de dénigrement à outrance qui a été orchestrée contre le Comité d’Organisation de Miss Guinée, édition 2017. Une chose prédite par des observateurs bien avertis. Hélas, des  oreilles attentives se sont assourdies à la fois tacitement et expressément.

Vous vous rappelez qu’au lendemain de la finale de Miss Guinée en janvier dernier dans un réceptif de la place, quelques internautes guinéens  érigés en « Moudjahidines » se sont pris à l’organisation de cette compétition qui n’avait pourtant pas de particularité avec les éditions précédentes comme stipulé, il y a quelques temps, dans un communiqué du gouvernement qui fustigeait le comportement de certains citoyens à porter atteinte  à l’honneur des officiels  du pays notamment le premier ministre.

C’est dans cette atmosphère   artificielle que le ministre Siaka Barry de la culture s’est embourbé avec pour alibi principal la défense de nos mœurs.  Un argument auquel il a tenu mordicus. Et pourtant,   Siaka Barry en personne était parmi les officiels de la finale de Miss Guinée en 2016. Finale à l’issue de laquelle il avait promis désormais l’apport de l’Etat guinéen au comité d’organisation qui se bat, selon ses propres termes à l’époque, pour hisser la beauté guinéenne  à l’international. D’où la signature d’une convention entre le COMIGUI et le département de la culture.

Un partenariat très précieux mais de courte durée. En moins d’un an, l’Etat a mis la main à la poche pour vendre à coté de Johanna Barry et son équipe, la  beauté africaine de Guinée respectivement à Miss Naiade, Miss District et Miss Monde.

Mécontents du fait que ces « sous »  ne sont pas tombés dans leur besace comme à l’accoutumée, des vieux vautours toujours affamés du ministère de la culture, ont réussi  avec leur « Maggie »  à mettre dans leur sauce la nouvelle recrue de ministre candidat également de la vieille pratique de son entourage dont le seul but est de mettre en place une structure  taillée sur mesure  pour engloutir   fonds et dons que bénéficie le comité d’organisation de miss Guinée.

Pour preuve, malgré la mise en garde du gouvernement, le ministre Siaka Barry et compagnie n’ont pas pris un acte officiel pour revenir sur la décision de la convention qui lie le ministère de la culture au COMIGUI. Mais ce défi lancé contre le gouvernement de la république dont il fait partie prouve à suffisance la rébellion au sein de l’exécutif guinéen, le manque de maitrise des membres du gouvernement par le premier ministre  mais aussi et surtout  le manque d’autorité du chef de l’Etat vis-à-vis de ses collaborateurs.

En tout cas c’est incompréhensible ce remplacement de la Miss Guinée 2017, qui a franchi toutes les étapes de ce concours national avec un jury non le moindre devant des officiels du pays, par une autre Miss, celle d’un groupe de Média qui n’est autre que la Radio Télévision Guinéenne. Des pratiques d’une autre époque pour opposer des guinéens aux guinéens afin d’assouvir leurs intérêts égoïstes.

I.S. LINCOLN

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*