Médias : Des guinéens en bonne posture dans la presse malienne

0
214

Des guinéens se font bien distinguer dans les médias à Bamako. La presse écrite et des radios de la place ont dans leur effectif des journalistes et animateurs de renoms venus de la Guinée. Habib Diallo, un des pionniers de la presse libre en Guinée, en est une  illustration. 

Secrétaire de rédaction du quotidien malien, Le Combat, Habib Diallo est un doyen de la presse guinéenne. Il fait partie de ceux là qui se sont battus pour une presse libre en Guinée. Ce journaliste talentueux explique comment s’est-il retrouvé dans la capitale malienne : « Je suis ici au Mali depuis Avril 1995. Je devais me rendre en Hollande dans le cadre d’un partenariat avec une station hollandaise. Je suis venu à Bamako suivre un stage mais bon après ça n’a pas marché. Il y a eu un facteur de blocage et je me suis retourné en Guinée pour des dossiers. Au fait, j’ai été parmi les pionniers de la presse libre en Guinée avec Dialbour Sankaréla Diallo de la fréquence Gandhal, qui n’avait pas eu l’autorisation d’émettre. Donc finalement, revenu au Mali, on m’a envoyé pour suivre des stages aux Echos, l’organe de l’ex président malien Alpha Oumar Konaré. C’est un quotidien aussi. Voila comment j’ai continué à rester ici ».

Ce journaliste guinéen dit n’avoir pas éprouvé de difficultés majeures pour réussir son intégration dans le paysage médiatique malien. « Vraiment l’intégration entre le Mali et la Guinée c’est comme la maison et la véranda. Le problème ça ne se pose pas. Moi je suis guinéen de nationalité mais je suis journaliste malien. Comme pour vous dire que l’intégration est totale. Aujourd’hui au sein de la presse malienne, rares sont des personnes qui se rendent comptent que je suis guinéen », rassure-t-il.

A l’instar du doyen Habib Diallo, d’autres guinéens notamment des jeunes se font un petit bonhomme de chemin dans la presse malienne. C’est le cas de Rougui Bah, animatrice à la radio Kledu et Amadou Sy Savané de Maliba FM. Des confrères et compatriotes avec qui le secrétaire de rédaction du quotidien Le Combat tissent de bons rapports. «En tant que compatriotes, nos relations sont bonnes, également sur le plan professionnel. Seulement dans la presse écrite je suis le seul guinéen. Les autres ce sont la plus part des filles, des animatrices de radio. On se comprend et tout va bien entre nous. On coordonne les activités quand il ya un évènement concernant la communauté guinéenne, on se concerte, on se donne des idées et ensemble on fait des orientations pour faciliter la tache, l’accès à nos confrères maliens qui ont besoin des informations près des autorités guinéennes ici ou qui viennent en mission », témoigne Habib Diallo.

Malgré son intégration dans la société et la presse maliennes, Habib Diallo dit éprouver des fois de petits soucis souci notamment la nostalgie du pays : « Vraiment même si on n’a pas de problèmes coté professionnel ou matériel, pour être plus heureux il faut vivre parmi les siens. Il faut être chez soi. Ça c’est une difficulté intérieurement qui me préoccupe parce que j’aimerais être en Guinée avec mes siens, avec vous mais le destin a voulu que je sois ici ».

Habib Diallo s’est également exprimé sur d’autres sujets d’actualité concernant les guinéens du Mali notamment la vie de la communauté et l’immigration clandestine dont beaucoup de jeunes du pays sont candidats.

Kalenews-Bamako, LINCOLN

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*