L’UFDG brise le silence sur Grenade et maintien ses manifestations

0
250

L’UFDG  sort de son gong face au cas Boubacar Diallo alias Grenade. Vous le savez, le procureur général près le  Tribunal de Premiere instance de Dixinn a retenu des charges contre ce jeune. Le parti a fait une déclaration ce dimanche dans l’après-midi, dans laquelle il qualifie ces accusations de pur montage.

« L’UFDG tient à préciser que jusqu’à preuve du contraire, Boubacar Diallo alias Grenade est militant du parti. Tout comme la multitude de militants et sympathisants du parti, il a du participer à de nombreux évènements et a pris photos avec des personnalités et responsables de l’UFDG. Ce jeune homme de 24 ans non encore révolus, puisqu’il est né en 1994, est-il le bandit de grand chemin détenant un arsenal d’armes de guerre et instrumentalisé par l’UFDG comme a voulu la croire à l’opinion le procureur ? Mais il n’a pas remarqué la mine contrainte de Boubacar Diallo tenant une arme de guerre sur une des photos avec en toile de fonds, le logo de la gendarmerie qui semble avoir résisté au gommage. Cette justice bridée a-elle-encore du crédit lorsqu’elle insu nie que pour une personnalité politique posée au coté d’un citoyen fut-il militant est suffisant pour l’associer à ses actes. L’UFDG tient aussi à rappeler fortement que depuis le meurtre de la première victime, Djakaria Diallo, le 3 avril 2011, elle n’a cessé d’interpeller et d’exiger des autorités guinéennes toute la  lumière sur ces assassinats ciblés de nos concitoyens, tués lors des manifestations. Le parti l’avait fait au demeurant, une de ses principales revendications lors des dialogues politiques mais le gouvernement n’a jamais voulu mener des enquêtes sérieuses pour identifier les vrais criminels », a déclaré Honorable Djouma Diallo.          

Dans la foulée, le président de l’UFDG s’est exprimé sur la question relative aux manifestations que l’opposition projette de faire à partir de ce lundi. Au micro d’Alkaly Daouda Daffé de la radio Nostalgie, Cellou Dalein Diallo confirme le maintien de ces manifestations comme prévues.  « C’est la population qui  réclame la prise en compte de son suffrage et que pour elle, nul n’a le droit d’annuler les résultats du vote qui a eu lieu dans les urnes. Il y a une semaine que j’ai rencontré la société civile. Au cours de cette rencontre, ses représentants m’ont dit de surseoir aux manifestations. J’ai dit que je ne peux pas le faire dans la mesure où nous avions accepté de rentrer dans une dynamique que le Président de la république avait lui-même proposée avec la CENI. Et comme d’habitude, il a rompu unilatéralement l’accord qu’on a trouvé même si ce n’était pas écrit et que, il fallait des actes qui montrent qu’on va dans la direction de la restitution de nos suffrages. Faute de quoi, nous allons continuer des manifestations pour exiger que la vérité des urnes s’impose aux caprices des CACV »     

 

LINCOLN

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*