Liberté de la presse : le SPPG fait le point sur l’état d’avancement du projet de convention collective

0
622

Pour célébrer la journée internationale consacrée à la liberté de la presse, les responsables du Syndicat des Professionnels de la Presse de Guinée (SPPG) ont animé ce mercredi 3 mai, une conférence de presse à Conakry. En toile de fond, faire le point sur l’état d’avancement du projet sur l’élaboration d’une convention collective de la presse en Guinée.

D’entrée, Sidi Diallo,  secrétaire général du Syndicat des Professionnels de la Presse de Guinée (SPPG) indique que l’idée de l’élaboration d’une convention collective de la presse dans notre pays fait suite à un triste constat sur l’évolution de la presse en Guinée.

« Depuis la libéralisation des ondes dans notre pays, il y a cela dix ans, la Guinée ne dispose toujours pas d’une convention collective des journalistes. Ce qui est une honte pour une nation qui se veut démocratique. C’est pourquoi, des journalistes continuent d’être exploités par certains patrons de presse. Sous prétexte de l’absence d’une contrainte juridique légale. »

Après donc, le lancement officiel de ces activités, dit-il, « le SPPG s’est fixé pour objectif d’œuvrer pour l’élaboration d’une convention collective de la presse en Guinée. Nous avons proposé un projet de convention à l’inspection générale du travail. Mais l’on nous fait comprendre que l’idéal voudrait  qu’on travaille en synergie en amont avec les associations patronales de Guinée. Chose qui fut faite, ainsi toutes les associations disposent de nos jours ce projet de convention pour examen. Parce qu’il faut dire qu’une convention est une sorte d’accord signé entre patrons et syndicat. A ce jour, des commissions techniques sont constituées au niveau de chaque structure pour tirer le pour et le contre de ce projet de convention. »

Selon lui, « l’une des avancées considérables dans la démarche, c’est qu’au départ si l’on pouvait sentir de la méfiance au niveau de certaines associations patronales. Aujourd’hui, cette équivoque semble être levée. Car tout le monde s’accorde sur la nécessité de la mise en application d’une convention collective afin de doter la Guinée d’une presse libre, compétente et respectable. »

Pour terminer, le bureau du Syndicat des Professionnels de la Presse de Guinée (SPPG) par la voix de Ibrahima Kalil Diallo, chargé des questions juridiques et relations extérieures du SPPG, interpelle la famille de la presse guinéenne à se mobiliser pour la cause commune. Car, dit-il, « la question de l’adoption d’une convention de la presse en Guinée doit être une affaire de tous. Mais ce combat ne peut être possible sans l’adhésion affective des hommes de médias. »

Med Yrrab

224 666 158 944

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*