Le vice-président du CNOSCG réagit aux promesses du Premier Ministre

0
116

« On verra s’il a la capacité nécessaire de conduire sa politique », c’est du moins ce qu’a laissé entendre Dr Abdoulaye Diallo, vice président du Conseil National des Organisations de la Société Civile de Guinée (CNOSG) au lendemain du passage du premier ministre devant les élus du peuple.

Après la présentation de la politique générale du gouvernement, les responsables du CNOSG disent avoir   pris acte des promesses faites par Dr Kassory Fofana. Ainsi, son vice président pense que les attentes des citoyens sont énormes et que le premier ministre sera jugé sur ces actes : « Je pense que le discours du premier ministre cadre bien avec les attentes du peuple. Le fait de centrer son discours sur la lutte contre l’impunité, nous sommes tous d’accord que si l’on ne met pas fin à cette histoire de l’impunité, le pays ne pourra pas aller de l’avant. C’est à travers la lutte contre l’impunité qu’on pourra lutter contre tous les autres travers. Que ça soit la corruption, les détournements des deniers publics. Nous de notre côté, nous allons le juger  à l’acte. On verra vraiment s’il a la capacité nécessaire de conduire sa politique et de respecter les annonces qu’il a faites », a dit Dr Abdoulaye Diallo.

Par ailleurs, le vice-président du Conseil National des Organisations de la Société Civile de Guinée  dit être préoccupé par l’insécurité qui sévit en Guinée. Selon Dr Abdoulaye Diallo, le phénomène devient de en plus inquiétant. C’est pourquoi, il souhaite que le gouvernement trouve une solution au problème.

« La société civile est très inquiète rapport à l’insécurité qui bas son plein à Conakry et dans le tout le pays d’ailleurs. Maintenant on assiste à une autre forme de criminalité et crime organisés, à des crimes qui ne sont pas habituels en Guinée. Et pour qu’un pays soit stable et fréquentable, il est important que la sécurité des personnes et de leurs biens soit renforcée. Que les forces de sécurités soient là pour garantir la sécurité des populations parce qu’elles sont là pour ça ».

Mohamed Barry, 224 624 39 57 84      

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*