Justice populaire en Guinée : les femmes du BL affichent leur position

In Accueil, Politique

L’année 2016 a été caractérisée par quelques reformes en Guinée, notamment dans les secteurs de la justice, de la sécurité et en matière de culture de la citoyenneté. Malgré ces reformes, le conseil national des femmes du parti Bloc Libéral (BL) constate  avec regret et une grande amertume l’usage de la justice populaire par les citoyens Guinéens.

Dans une lettre ouverte adressée au Président de la République, les femmes du BL constatent que malgré les reformes engagées dans ces secteurs vitaux du pays, les résultats sont loin de répondre aux aspirations du peuple. Le conseil national des femmes du Bloc libéral constate, par ailleurs, avec un profond regret et une grande amertume l’usage de la justice populaire par les citoyens Guinéens.

S’exprimant au nom du conseil des femmes du BL, Mme Rouguitatou Bah, dira qu’au cours de ces deux dernières années, le pays a connu la montée en puissance de ce phénomène dans plusieurs endroits du territoire national. Les cas de Siguiri, de N’zérékoré et de Kissidougou respectivement le 12, le 23 décembre 2016 et le 03 janvier 2017 en sont des illustrations les plus éloquentes.

« Nous sommes certaines que la justice populaire est le stade suprême de la cruauté humaine et elle n’a pas de place dans un Etat de Droit. Le recours à cette pratique résulte de la défaillance tant bien de notre système sécuritaire que judiciaire », a-t-elle dénoncé.

Cette pratique, dit-elle, « est en violation flagrante de la constitution guinéenne notamment en son Article 9 qui consacre la présomption d’innocence, et elle contribue à fragiliser les Institutions Républicaines. »

Le recours à cette forme de justice, poursuit-telle,  « nous rappelle l’une de vos déclarations (déclaration du président Alpha Condé, ndlr) en 2010. Nous citons: « j’ai hérité d’un pays et non d’un Etat. » Cette déclaration qui avait suscité tant d’espoir chez les Guinéens n’a existé que dans les fantasmes. Nous sommes donc au regret de constater que jusqu’à ce jour, l’Etat n’existe pratiquement pas. »

Face à cette situation alarmante, le conseil national des femmes du BL exhorte le président Alpha Condé d’instruire aux ministres de la justice et de la sécurité à mettre tout en œuvre pour qu’il y ait une justice équitable et efficace en Guinée.

 

Mohamed Barry

224 624 39 57 84

barrymed21@gmail.com

Join Our Newsletter!

Love Daynight? We love to tell you about our new stuff. Subscribe to newsletter!

Leave a reply:

Your email address will not be published.

*

Mobile Sliding Menu

Alpha DIAOUNE