Justice populaire en Guinée : un ancien ministre appelle à rétablir la justice entre l’Etat et les citoyens

0
1262

Un dysfonctionnement du cercle des jeunes dans leur prise de conscience, c’est l’explication donnée par Dr Sékou Koureissy Condé, ancien ministre de la sécurité face à la recrudescence des vindictes populaires en Guinée. Selon lui, la violence instinctive balisée est telle que la portée de la vie humaine n’a plus de sens dans notre pays.

Pour le directeur exécutif de l’ONG African Crisis Group, la situation sociopolitique de la Guinée, les questions d’ethnocentrisme, d’insécurité sont devenues récurrentes, regrettables et inquiétantes.

« Lorsque des jeunes se retrouvent à Lambanyi, à Nzérékoré, à Kissidougou ou à Labé pour commettre un crime envers et contre un autre jeune, c’est d’abord un dysfonctionnement du cercle des jeunes dans leur prise de conscience, » dénonce-t-il au micro de nos confrères de City FM, en ajoutant que : « les jeunes se protégeaient avant, il y avait même des chefs de groupe qui protégeaient l’ensemble du groupe. Aujourd’hui, la violence instinctive, la violence gratuite est telle que les gens ne savent même pas la portée de la vie humaine, » déplore-t-il.

De l’avis de Dr Sékou Koureissy Condé, les forces de police et de la gendarmerie ont devant eux les preuves et les outils manifestes.

« Ils ont les photographies, ils ont les films parce que ce sont ces barbares eux-mêmes qui filment. Comment ils font pour écraser les têtes des gens. Donc on connait les personnes qui le font, il faut les identifier et trouver les complices, » réclame M. Condé.

Pour terminer, Dr Condé en appelle à rétablir la justice entre l’Etat et les citoyens. « Il faut que les citoyens remettent leur sort dans les mains de la justice. Et il faudrait que la justice puisse leur rendre cette confiance. »

Med Yrrab

224 666 158 944

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*