Guinée : une vraie fausse ouverture des classes

In Accueil, Education
KALENEWS ECOLE

Annoncée officiellement pour ce vendredi 15 septembre 2017, c’est plutôt une décision ministérielle qui a été foulée aux pieds avec l’ouverture timide des classes à Conakry. Malgré la ferme volonté des autorités, dans la plupart des écoles de la capitale visitées par notre rédaction, la rentrée scolaire n’aura été qu’illusoire.

Face à ce manque d’affluence, des responsables d’écoles s’inquiètent et demandent aux parents d’élèves de prendre leur responsabilité dans la mobilisation des enfants. C’est le cas de Mamadou Sylla, directeur des études d’une école de la place, qui souligne que c’est la première fois qu’on ouvre les classes le 15 septembre. « Surtout ne pas refuser de faire les cours puisqu’il n’y a pas beaucoup d’élèves. Sinon, les autres ne viendront pas. Nous avons dit que même s’il y a un élève par classe, il faut que les cours démarrent. Il faut un début à tout ».

Malgré une présence effective des enseignants,  dans la plupart des écoles visitées ce vendredi 15 septembre 2017, les élèves n’ont répondu à l’appel. Ainsi, le directeur de cette école  demande aux parents d’élèves de laisser leurs enfants pour qu’ils viennent débuter les cours. « Le calendrier du cursus scolaire 2017-2018, c’est du 15 septembre au 31 mai 2018. Donc, pour ne pas retarder, nous prions les parents de lasser les enfants venir à l’école », a dit Bangaly Kourouma.

Interrogés sur cette morosité de l’ouverture des classes à Conakry, certains citoyens évoquent le manque de moyens des parents d’élèves qui, disent-t-ils, font face à d’énormes difficultés économiques. Tout en affirmant que la rentrée a été trop juste, « car elle s’annonce juste après la fête de Tabaski ».

Mohamed Barry

Join Our Newsletter!

Love Daynight? We love to tell you about our new stuff. Subscribe to newsletter!

Leave a reply:

Your email address will not be published.

*

Mobile Sliding Menu

Alpha DIAOUNE