Guinée/Vent de panique à Coyah : « Aucune menace à la sécurité du territoire », rassure la DIRPA

0
92

Les populations de Coyah et de Conakry se sont réveillés  dans une atmosphère de psychose ce jeudi,  25 octobre 2018, suite aux rumeurs qui font état de la préseence de bateaux suspects à Wonkinfon, dans la préfecture de Coyah, la nuit dernière.

Face à ses rumeurs qui se propagent comme une trainée de poudre dans la cité, la Direction de l’Information et des Relations Publiques des Armées (DIRPA), brise le silence.  Elle signale  qu’aucune menace ne pèse sur la sécurité du territoire national. C’est dans un poste sur la page Facebook de la DIRPA, que son premier responsable, Alhadji Cellou, est intervenu en termes : « Précisions suite au vent de panique qui s’est emparé d’une partie des villageois de Sangoyah, Kouyayah, Donneyah et Kassognah (Coyah) dans la nuit du mercredi à jeudi, le ministère de la Défense nationale tient à rassurer que les forces de défense et de sécurité sont déployées sur la zone ». Bref, selon Alhadji Cellou, il n’y a aucune menace à la sécurité du territoire.

De son côté, le sous-préfet de Wonkinfon, dans un entretien accordé à nos confrères de Djigui Fm, raconte : « C’est le Président du district de Doya qui m’a appelé hier à 03h du matin pour me dire qu’il y a des rebelles qui sont sur les côtes. Que ces rebelles sont dans des bateaux… J’ai informé les gendarmes qui sont allés voir. Ils m’ont dit que ce sont des petits bateaux coréens, au nombre de 8, qui font la pêche artisanale. Qu’ils se cacheraient pour la simple raison, que l’usage de ces genres de bateaux est réservé aux pêcheurs locaux. Ils ont vérifié partout et n’ont rien trouvé. Et ce matin, les militaires, des bérets rouges et d’autres corps de l’armée sont venus pour s’assurer qu’il n’y a rien. Ils ont sillonné tout le long de la côte, ils n’ont rien trouvé eux-aussi», a rassuré le sous-préfet de Wonkinfon.

Aux dernières nouvelles, tout serait rentré dans l’ordre et la population qui avait fui les lieux serait revenue. Mais dans la matinée de ce jeud,i le dispositif de sécurité était renforcé à Kaloum, le cœur du pouvoir central.

Mohamed Barry, 224 624 39 57 84

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*