Guinée: Sékou Koundouno dénonce un laxisme dans le dossier des communicants du RPG et de l’UFDG

0
159

La cellule Balai Citoyen piloté par Sékou Koundouno, a tenu une conférence de presse ce jeudi 20 décembre à son siège à Coléah, pour expliquer l’état d’avancement du dossier concernant les communicants du RPG et de l’UFDG.

L’audience qui devait se tenir hier mercredi sur ce dossier n’a pas eu lieu à cause de certains dysfonctionnements qu’a constaté la partie civile notamment la cellule Balai Citoyen « hier devait se tenir la seconde audience qu’on appelle dans leur jargon, les débats de fond sur le procès des communicants du RPG et de l’UFDG. Nous étions sur les lieux à 9h accompagnés de nos avocats. Vers 15h, notre avocat s’est rendu compte que le président et le procureur qui avaient le dossier ont été changés» annonce Sékou Koundono.

Etonnés sur la forme et sur le fond,  les membres de la Cellule accompagnés par leur avocat ont tenté de savoir pourquoi ce changement « On a rencontré le juge en question qui nous a carrément dit qu’il a été instruit de rendre le dossier. On lui a demandé qui, il n’a pas voulu dire. Nous sommes allé voir la présidente du tribunal pour savoir pourquoi ce changement, elle dit que le procureur Isher Kpogmou qui était le procureur en charge de ce dossier a été remplacé par Sy qui est absent et qui a instruit à un certain Mohamed Sankhon de renvoyer le dossier à une date ultérieure, pour que Sy vienne faire une cellule de citation. Nous lui avons dit que ce n’est plus la peine car c’est déjà fait, pourquoi ce retour en arrière ? » S’interroge-t-il.

Selon Sékou Koundouno, la forme voudrait que tout acte qui est posé dans cette affaire que les deux camps soient informés ainsi que le parquet. Pour le N°1 du Balai citoyen, ce qui se passe est incompréhensible « Ceux qui gouvernent ce pays ont décidé quand vous êtes de leur côté, vous êtes non justiciables, si vous ne l’êtes pas, qu’il est facile de vous poursuivre. Ce qui est arrivé hier est inacceptable, incompréhensible et inimaginable dans une démocratie. On ne peut pas dessaisir un juge qui a un dossier dans une affaire, si ce n’est pas une récusation de la partie adverse et dûment signifié à la partie civile » indique-t-il.

Sans langue de bois, Sékou Koundouno persiste et signe que cette affaire ira jusqu’au bout, quel que soit le temps qu’elle prendra.

Hassatou Lamarana Bah

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*