Guinée/Reprise des négociations entre le SLECG et le gouvernement : le SLECG demande la satisfaction des préalables

0
116

Au ministère de la fonction publique ce mercredi 29 août, le gouvernement et le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), version Aboubacar Soumah ont repris les négociations autour des 8 millions de francs guinéens comme salaire de base pour chaque enseignant. A l’ordre du jour, le SLECG  en plus des cinq (5) points de revendications préalablement établis demande aussi la poursuite judiciaire des loubards qui ont vandalisés les locaux du SLECG le 08 août dernier ainsi que le payement des primes des négociations qui ont abouti à la signature du protocole d’accord du mardi 13 mars dernier. En attendant que le gouvernement ne statue sur ces points ils se sont donné rendez-vous pour le mardi prochain pour la poursuite des débats.

Après s’être rencontrés dans une atmosphère conviviale, Alia Camara, inspecteur général du travail a estimé que le débat du jour étant essentiellement focalisé sur les préalables, le SLECG a demandé à ce que le gouvernement apporte ses éléments de réponse.

« Les débats de ce matin ont été essentiellement focalisés sur les préalables. Mais j’avoue que les discutions se sont déroulées dans une atmosphère de cordialité et la partie syndicale a fait part d’un certain nombre de préalables. Elle souhaite que le gouvernement apporte des éléments de réponse. Donc sur ces questions consacrées aux préalables, la partie gouvernementale a pris note de l’ensemble de ces préalables. Ces préalables concerne certains points non encore appliqués du protocole d’accord du 13 mars 2018 et quelques difficultés que le syndicat notamment le SLEGC rencontre dans la mise en place de ses cellules de base à l’intérieur du pays », a-t-il estimé.

Mohamed Bangoura, chargé de la communication du SLECG  estime que ces préalables qui sont les points de revendication sont mis sur la table depuis le 04 mai dernier. Mais jusque-là, n’ont pas été satisfaits.

« C’est l’arrêt de l’ingérence des autorités administratives dans les affaires syndicales, il y’a aussi celui du virement des salaires des enseignants nouvellement engagés en 2017-2018; l’engagement à la fonction des 10 enseignants homologués de l’université de Kindia qui depuis plusieurs années sont en situation de classe, et quand il était question à l’issu du protocole d’accord de 2017, ces enseignants ont été remplacés par les parents de certains cadres du département mais aussi des étudiants en situation de classe qui se sont vu enrôlés  dans les fichiers de la fonction publique en lieu et place de ces enseignants. Nous avons aussi demandé le payement des primes des négociations qui ont abouti à la signature du protocole d’accord du mardi 13 mars 2018 », explique-t-il tout en ajoutant à ces préalables deux nouveaux points. Ce sont : « la poursuite judiciaire des loubards qui ont vandalisés le 08 août dernier  les locaux du SLECG. Ainsi que le reclassement des admis au 2ème certificat et leurs prise en charge », a-t-il ajouté.

En attendant que le gouvernement ne statue sur ces préalables, rendez-vous est pris pour le mardi prochain pour la poursuite des négociations.

Alpha Mamadou Bobo Baldé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*