Guinée : Préparatifs fête de Ramadan : Hausse des prix au marché Madina

0
338

À quelques jours de la fête de Ramadan, le grand marché de Madina refoule du monde. Une véritable scène de ‘’bousculade’’ entre  vendeurs, acheteurs et autres curieux. Une situation qui cause des désagréments dans la circulation routière pour ceux qui sont en route pour rallier leurs services notamment Kaloum

Au cœur de ce grand marché, on enregistre assez de plaintes de la part des marchandes et autres commerçantes.  C’est le cas de madame Camara Anna, vendeuse d’habits prêt à porter. ‹‹Chaque fête, je revends des habits prêts à porter. Il est difficile que les clients achètent nos habits à 50.000 GNF à plus forte raison à 100.000 GNF. Nous prenons une douzaine de ces habits de 1.000.000 et à 1.200.00. Nous revendons en raison de 120.000GNF. On ne cherche que 5000 GNF ou 10.000 GNF de bénéfices››, nous confie-t-elle.

Eugenie Mènouno, hôtelière de formation et  vendeuse de  chaussures  dénonce pour sa part, le prix de dédouanement : ‹‹Cette année, on ne gagne pas de clients. Le prix des chaussures coûte cher, l’État n’a qu’à revoir le prix du dédouanement pour soulager la populatio parce que si le dédouanement est cher, nous qui prenons en gros nous serons taxés et serons obligées de revendre cher pour gagner notre bénéfice et satisfaire les besoins de la famille››, lance-t-elle.

Côté clientèle, le cri de cœur des mères de famille se fait sentir sur le visage. Madame Cissé N’Nanfadima est mère de trois (3) enfants : ‹‹Je suis là pour mes trois enfants, mais je me demande que faire pour eux. Depuis le matin je suis présente dans le marché et jusque là je n’ai pas pu acheter pour le moment quelque chose. Les chaussures coûtent chères et les habits on en parle même pas. La vie coûte très chère actuellement. Si les prix restent intacts jusqu’à la veille, je pense que beaucoup de parents ne pourront pas satisfaire les besoins de leurs enfants››, déclare-t-elle.

Fatou Sylla, une autre cliente, pour sa part notifie que le vol est récurent pendant ces dix derniers jours à Madina « j’ai été victime de vol on m’a retiré de petits objets que j’ai acheté le premier jour. En plus, quand la devise monte, les prix montent aussi automatiquement. L’année passée, 5000 Fransc CFA étaient à 75.000 GN ;, aujourd’hui 5000 francs CFA est à 80.000 GNF. Donc les prix vestimentaires ont grimpé » signale-t-elle.

Hassatou Lamarana Bah

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*