Guinée : Pourquoi l’UGTG n’est pas solidaire à la grève de l’inter-centrale CNTG-USTG ?

0
100

Un mois après sa sortie de prison, le secrétaire général adjoint de l’Union Générale des Travailleurs de Guinée, UGTG, a dans un ton ferme dénoncé la démarche de l’inter-centrale CNTG-USTG sur la grève lancée contre l’augmentation du prix des produits pétroliers en Guinée.

« On nous a dit jusque-là que les syndicalistes ne viendront pas autour de la table tant qu’on ne ramenait pas le prix du carburant à 8 000 francs. Mais aujourd’hui on nous dit : nous suspendons les négociations. Quelles négociations ? Hier, on nous a dit que le syndicat fait la proposition de solution au gouvernement. De l’autre coté, on  dit nous ne venons pas à la table de négociation, il faut d’abord nous soigner parce qu’on a été gazés. Mais attendez, à un moment il faut qu’on arrête dans ce pays. Les syndicalistes qui viennent parler autour de la table ne parlent pas à leurs propres noms. Ils parlent au nom d’une corporation. Il faut avoir au moins un peu de respect pour cette corporation », a laissé entendre Aboubacar Sidiki Mara, secrétaire général adjoint de l’UGTG dans l’émission Face à l’Info sur Nostalgie-Guinée.

Pour le syndicaliste,   la centrale syndicale est aussi comptable de la mauvaise gestion du pays : «Aujourd’hui toutes les institutions de la protection sociale, leur conseil d’administration  est présidé  par  CNTG. Vous prenez la Caisse Nationale de Sécurité Sociale, l’INAMO, la Caisse de Prévoyance Sociale,  le Conseil Economique et Social…vous voyez que c’est toujours la CNTG qui est à la tête. Donc cette elle (centrale) a la main dans la gestion. Donc, il très difficile aujourd’hui pour la CNTG de critiquer cette gestion parce qu’elle est partie prenante de la gestion ».

Camarade Aboubacar Sidiki  Mara se dit prêt à travailler pour redorer l’image du syndicalisme en Guinée. Pour lui quand on parle du syndicat, ce ne sont pas les hommes qui se mettent ensemble, ce sont plutôt les idées avant de déclarer : « Nous sommes prêts à travailler avec toute personne qui acceptera le principe d’une bonne réglementation du syndicat dans notre pays. On a été humiliée quand c’est le premier ministre qui nous a appelés à mettre de l’ordre dans notre maison. Tous les bons syndicalistes devraient se sentir humiliées ».

Et pour conclure, le  secrétaire général adjoint de l’Union Générale des Travailleurs de Guinée signe : « Pour que le pays soit propre, chacun doit balayer devant sa porte ».

LINCOLN 624901737

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*