Guinée/Pédophilie : Deux présumées victimes du frère Albert de l’institut Sainte Marie de Dixinn s’expliquent

0
215

Albert Maïs, ex directeur de l’institut Sainte Marie de Dixinn (Belle-Vue) est accusé d’avoir abusé d’une quarantaine d’élèves pendant une dizaine d’années. Parmi ses victimes, deux adolescents, des footballeurs talentueux qui ont vu leur rêve brisé. Il s’agit de Prosper Guilavogui et Amara Camara alias Simba qui ont accepté de témoigner au micro de Bilguissa Diallo.

« Je suis victime du frère Albert, ex directeur de Sainte Marie de Dixinn. Je faisais le primaire, il m’a vu jouer au football. Albert m’avait promis mais bien avant qu’il ne promette, il m’avait dit de passer chez lui qu’il voulait me voir. Je suis parti. Chez lui, il y avait trois pièces. Quand on est parti, il m’a dit jeune tu sais jouer, je t’aime et puis tu es bien. Là je pourrais t’aider si tu me comprends. Je lui ai dit ok, pas de souci. Il m’a dit de m’asseoir sur son lit. Maintenant il est venu à coté de moi, il s’est approché en me disant tu es mon fils bien aimé, c’est comme ça quand deux personnes s’aiment il faut que vous vous approchez. Puis il a abusé de moi en me forçant. Il a ouvert la fermeture de mon pantalon et là il a commencé à faire glisser sa main pour prendre mon sexe. Il a profité de moi », explique Prosper Guilavogui.

A Amara Camara ‘’Simba’’ d’enchainer : « Albert m’a connu quand on tournait le film ‘’Ballon d’Or’’. Il s’est beaucoup intéressé à moi. Et dans ça, il abusait de moi. Il a beaucoup abusé de moi tout en me promettant. Et après le film, il m’a même amené en Afrique du Sud représenter la France. La Sainte Marie me connait et toute la Guinée me connait. On a joué un film international mais jusqu’à présent je n’ai même pas un sou. Je vis misérablement. Et là, quant Albert abusait de moi, j’avais juste 12 ans. J’ai toutes les preuves. Il m’envoyait de l’argent. Il ya les frères du Sacré Cœur qui savaient ce qui se passait entre nous. On s’est même vu avec monseigneur Vincent Coulibaly. Ils ont voulu que réglions en coulisse ».

Ces jeunes infortunés se voient presque rejetés de nos jours, dans leur démarche pour obtenir justice.

« Les procédures sont quand même en cours mais notre sécurité est en danger. Parce que sur les réseaux sociaux, on nous harcèle ; dans mon quartier, on me parle mal. Nous voulons être sécurisé et pris en charge », indique Prosper Guilavogui.

De son coté voici l’appel lancé par Amara Camara ‘’Simba’’ : « Nous voulons que l’affaire soit claire et que le frère soit jugé. Que tous les frères du Sacré Cœur qui passent par ces actes soient jugés et condamnés. Il a brisé mon avenir. En France, il ne sort pas, il est sous contrôle judiciaire. Nous demandons aux autorités guinéennes de nous aider. Notre image est diffusée. Nous sommes connus. Nous voulons non seulement être sécurisés et pris en charge parce que là, on vit chez les amis. On se cache. Partout on nous voit, on nous insulte. Moi j’en ai ras-le- bol. Il faut que justice soit faite ».

Affaire à suivre

LINCOLN 624901737

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*