Guinée/Ouverture du procès d’ Ousmane Gaoual contre les communicants du RPG arc-en-ciel

0
210

Le procès Ousmane Gaoual Diallo contre les communicants du RPG arc-en-ciel s’est ouvert ce jeudi 19 avril 2018 au tribunal de 1ère instance de Dixinn. Le député de l’UFDG et son parti accusent ces communicants du parti au pouvoir de diffamation et injures publiques et menace sur les réseaux sociaux. Cette audience à citation directequi était consacrée à la fixation de la caution et a été renvoyée au 3 mai pour débats du fond.

Ce procès porte contre dix (10) communicants du RPG AEC, à savoir : Mamady Philo Kaba, Mamady Karfamorya Kaba, Mamoudou Traoré, Kémo Tounkara, Aboubacar Sidiki Camara, Mamadou Korbaya Baldé, Ibrahima Kalo dit Diplomate, Abdourahamane Dioumessy, Cheick Oumar qui sont accusés en justice par le de député de Gaoual pour diffamation, injures publiques et menace sur les réseaux sociaux contre sa personne et son parti l’UFDG. Comme caution, l’avocatde la défense Me Kabinet Kourala Keita a demandé la somme de cinq cents (500) millions de francs guinéens.Une demande rejetée et fixée à un million de francsguinéens par Thierno Souleymane Barry le président du tribunal. Cette décision laisse mécontent l’avocat de la défense « J’estime que lorsqu’une partie civile prend l’initiative d’engager une procédure judicaire, cela sous entend que cette partie civile détient tous les moyens nécessaires pour mener le procès à bon port et prendre tout en charge. C’est pourquoi, moi j’ai estimé que 500 millions était raisonnable pour que l’audience puisse commencer jusqu’à finir sans qu’on ne fasse une demande supplémentaire» dit Me Kéïta.

L’avocat de la partie civile, Me Salifou Béavogui, quant à lui, parle de graves accusations portées contre son client et sa formation politique « Lhonorable Ousmane Gaoual Diallo et sa formation politique ont décidé de saisir le juge pour qu’une sanction intervienne pour que cela cesse parce que c’est des propos haineux, incitatifs à la violence. Aucun guinéen ne peut accepter de tels propos sur la toile. Donc, ce n’est pas un procès non, pas punitif, non pas expéditif, mais c’est un procès éducatif » insiste l’avocat.

En attendant l’audience prochaine renvoyée au 3 mai pour les débats de fonds, Me Salifou Béavogui promet d’exiger des communicants du RPG AEC, des preuves pour les accusations portées contre son client et son parti.

Alpha Mamadou Bobo BALDE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*