Guinée : les libéraux démocrates déçus du président de l’Assemblée Nationale

0
746

Alors qu’ils s’attendaient à l’adoption du code électoral, ce mercredi 4 janvier 2017 à l’hémicycle, les députés du groupe parlementaire les libéraux démocrates se disent surpris des points cités à l’ordre du jour, pour la clôture de la session budgétaire. Dans une déclaration, Oussou Fofana, président dudit groupe demande la tenue immédiate des élections communales.

« Nous sommes très surpris de voir dans la salle des ministres et recevoir des documents pour nous parler de convention », c’est par ces mots que le Président du groupe les libéraux démocrates a entonné à l’encontre de Claude Kory Kondiano qui a dévoilé les points retenus à l’ordre du jour. Contrairement à l’adoption du code électoral, le Président de l’Assemblée Nationale a énuméré trois points pour la clôture de la session budgétaire. Un changement qui a irrité les députés de l’O.R. « Nous ne sommes pas venus pour voter des codes. Il faut qu’on accepte de respecter notre propre institution, la session budgétaire c’est pour 90 jours pas plus, aujourd’hui ça fait à peu près 92 jours, tout ce que nous allons voter aujourd’hui au vu de la loi est illégal. Nous ne sentons pas concernés. En plus, il était prévu qu’on vote non seulement les conventions, mais aussi le code électoral, qui a pris la décision de retirer l’examen du code électoral ? » Lâche-t-il avant de bouder la salle de l’hémicycle ainsi que les autres députés.

Déçu de cette ‘’trahison’’, ces députés ont dans une déclaration demandé purement et simplement au gouvernement d’organiser immédiatement les élections communales. « En ce qui nous concerne, si cet accord n’est pas respecté, jusqu’à la fin du mandat de Pr Alpha Condé il n’y aura plus de dialogue. Nous allons immédiatement demander au gouvernement d’organiser les élections conformément au code électoral en vigueur. Sinon, nous nous réservons le droit de nommer nos chefs de quartier et nos maires sur l’étendue du territoire national, » menace-t-il.

Enfin, Oussou Fofana martèle que le peuple de Guinée témoin des ‘’violations’’ des accords politiques par le pouvoir en place tranchera le moment venu.

Hassatou Lamarana Bah / 623 12 52 03

infos@kalenews.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*