Guinée : Les patrons des associations de presse incapables de se défendre devant le Chef de l’Etat

0
227

Le Président de la république était en conclave ce jeudi, 3 mai à la Maison de la Presse de Coléah avec des journalistes et les patrons des associations de presse du pays, à l’occasion de la célébration de la journée internationale de la presse.
A son tour de parole, Alpha Condé s’en est pris au Reporter Sans Frontière concernant son dernier classement mondial qui voit la Guinée à la 114è place mondial, perdant ainsi 3 points sur l’année dernière.
Le locataire de Sékhoutoureya n’a pas surtout aimé le fait que des journalistes guinéens aient accepté ce classement sans aucune réaction malgré tous les efforts consentis par les autorités pour l’émergence du monde des médias en Guinée.
D’ailleurs le Président de la république a dit mettre un terme à sa communication tant qu’il n’y aura pas d’explication des patrons des associations de presse présents pour justifier ce classement de RSF.
Et très malheureusement, de Hassane Kaba (Directeur de la Maison de la Presse) en passant par Tamou Camara (AGUIPEL) jusqu’à Sanou Kerfalla Cissé de l’URTELGUI, personne n’a eu l’honnêteté intellectuelle de répondre à la préoccupation du chef de l’Etat qui, pourtant, voudrait connaitre les raisons du recul de la Guinée dans ce classement de Reporter Sans Frontière.
Des journalistes présents sur les lieux ainsi que les auditeurs qui ont suivi cette rencontre en directe sur certaines ondes ont été très déçus de l’attitude de ces patrons des associations de presse, incapables d’évoquer au Président de la république les réalités qui ont fait perdre à la Guinée trois rangs dans ce classement.
Pour la petite histoire, ce recul ne surprend guère et quatre raisons devraient expliquer cela :
-Aux 46è sessions de l’UPF (Union Presse Francophone) à Conakry, le chef de l’Etat personnellement est venu menacer de fermeture, devant les journalistes venus du monde entier, toute radio qui donnera la parole au secrétaire général du SLECG ;
-en fin octobre 2017, des journalistes du groupe Gangan RTV se sont retrouvés en détention pour une fausse rumeur d’annoncer le décès du Président pendant c’était une émission rediffusé d’un journaliste du groupe qui avait sa révérence ;

-le lendemain, des journalistes venus comprendre la garde à vue prolongée de Directeur de Gangan ont été violentés par des gendarmes de l’escadron mobile N°3 de Matam, leurs matériels de travail expressément détruits. Ces images ont fait le tour du monde. Par la suite, le chef de l’Etat a pris la défense des agents de la gendarmerie en disant que les journalistes ont craché sur ces derniers ;
-et que dire de l’état de la Maison de la Presse Guinéenne ? Ce ‘’taudis’’ qui est le refuge des journalistes en Guinée n’est pas digne d’une maison de la presse.

LINCOLN 624901737

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*