Guinée/Baccalauréat : Manque d’électricité, des candidats révisent dans la rue

0
78

Cette année encore, des jeunes élèves guinéens ont affûté leurs armes dans des conditions difficiles en raison des délestages d’électricité dans le pays. A Conakry dans la capitale, la plupart des élèves candidats ont révisé sous les éclairages publics une fois la nuit tombée.

La quasi-totalité de la capitale connait une réduction considérable de la desserte en courant électrique. Une fois la nuit tombée, les candidats aux différents examens prennent d’assaut des lieux d’éclairage public, les seuls lieux régulièrement éclairés la nuit, pour pouvoir réviser leurs leçons.

Au camp Alpha YAYA DIALLO, l’un des endroits les plus prisés en cette période d’examen, l’on y rencontre des candidats de toutes les options. Parmi eux, Morlaye BANGOURA candidat au BAC « Dans le quartier, l’électricité n’est pas stable. Je n’ai le choix que de venir ici la nuit pour revoir mes matières. » Déplore cet élève de 19 ans.

Cette année le system éducatif a été secoué par des crises à répétition. Des crises engendrées par le syndicat des enseignants d’une part, et les hommes politiques d’autre part. Ces différents mouvements d’instabilité n’ont tout de même pas entravé l’achèvement des programmes.

C’est du moins ce qui nous a affirmé cette autre candidate rencontrée sous les lampes lumineuses d’une station de service d’essence à Bonfi. « Les mouvements de manifestions n’ont pas empêché mon école de boucler les programmes. Nous n’avons pas eu de pause après la grève. C’est ma première fois de passer le BAC. Je voudrais lancer un appel à EDG pour qu’il puisse nous aider à stabiliser le courant juste pour une semaine » soutien Oumou DIALLO.

Après le camp Alpha Yaya et le quartier Bonfi, notre équipe s’est aussi rendu à l’aéroport international de Conakry. Ici, tout comme dans les autres endroits que nous avons visités, les candidats se comptent par centaines. Tous ont un seul point en commun : le cahier entre les deux mains, avec l’espoir de décrocher le sésame.

Pour cette année, ils sont au nombre de 99 030 candidats toutes options confondues dont 37 106 filles à passer le Baccalauréat. 22 658 candidats dont 9 488 filles pour l’option Sciences Expérimentales ; 28 866 candidats dont 10 513 filles pour les Sciences Mathématiques contre 43 479 dont 16 199 filles pour les Sciences Sociales. Les épreuves prendront fin le 30 juin 2018.

Mohamed Komah

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*